Plusieurs milliers de "gilets jaunes" ont défile samedi à Bordeaux (Gironde). Une manifestation qui a dégénéré en fin de parcours, près de l'Hôtel de Ville. Un jeune homme a eu la main arrachée par une grenade qu'il a ramassée et qui lui a explosé dans la main droite. Hospitalisé, il s'est confié à Thibault Lefèvre.

Antoine, 26 ans, a été amputé après qu'une grenade lui a explosé dans la main au cours de la manifestation des gilets jaunes de Bordeaux samedi 8 décembre
Antoine, 26 ans, a été amputé après qu'une grenade lui a explosé dans la main au cours de la manifestation des gilets jaunes de Bordeaux samedi 8 décembre © Radio France / Thibault Lefèvre

264 blessés dont 39 policiers, le bilan du quatrième samedi de manifestation est plus important que celui de la semaine dernière 229 blessés dont 28 policiers. En tout, depuis le début du mouvement, près d’un millier de personnes ont été blessés et parfois très gravement comme ce week-end. 

Antoine fait partie des 32 manifestants touchés lors du rassemblement violent qui s’est tenu à Bordeaux (38 blessés en tout dont 6 policiers). Une blessure grave puisque ce Bayonnais de 26 ans a été amputé de sa main droite après l’explosion d’une grenade qu’il essayait de renvoyer sur les forces de l’ordre. 

Antoine a un moignon bandé à la place de main et le haut des jambes criblés de morceaux de plastique et de métal. Des séquelles qui laissent penser qu’il a été mutilé par une grenade explosive de type GLI-F4, une arme que seul la France utilise en Europe dans ses opérations de maintien de l’ordre. 

Antoine est un militant de gauche, engagé. En 2017, il a voté au premier tour pour le candidat du NPA, Philippe Poutou puis pour Emmanuel Macron au second pour contrer Marine Le Pen. Samedi dernier, il manifestait pour la première fois depuis le mouvement des indignés, il y a huit ans. 

Des moyens disproportionnés

Au départ, il ne s'est pas reconnu dans le mouvement des "gilet jaunes", explique-t-il. "tant qu'il ne parlait que du prix de l'essence. Je n'ai pas participé aux premières manifestations. Ce qui m'a intéressé dans le mouvement c'est qu'il n'avait pas été récupéré. Un mouvement de rassemblement de tous ceux qui en avaient marre d'être exploités, de n'avoir aucun espoir d'avenir. Quand j'ai vu un recul du gouvernement et qu'on ne parlait plus seulement prix de l'essence, mais aussi du salaire, des retraites, du pouvoir d'achat et du pouvoir d'agir des gens, je me suis dit que j'avais envie de participer à ça,, mais pas pour défoncer des banques ou des trucs. Avec des copains on a pris des œufs pour les jeter sur le palais, en mode demi-mesure, on ne voulait pas y aller à fond."

Les gars, le pire qu'ils ont fait c'est de lancer des cailloux.

"Au début la manif se passait bien, raconte Antoine. Elle était pacifique, j'avais mon cazou, je commence à lancer des chansons révolutionnaires : l'Internationale, Bella ciao...

"Au niveau de la place de la mairie, les échauffourées commencent. Il y a des fumigènes, on lance des œufs, on se fait gazer. Moi à un moment je recule parce que les charges ont commencé. Avec les gars, on se dit on va se poser dans un bar à coté, se reposer les yeux. J'ai pris des bières assez fortes, mais je n'étais pas très alcoolisé."

"On a décidé d'y retourner, explique Antoine. Il y avait un feu au niveau du tram hôtel de ville, j'ai essayé de voir ce qui se passait et là un truc roule à mes pieds. Je n'ai pas réfléchi, je ne savais pas ce que c'était, je décide de le prendre à la main et de le relancer. 

Et le truc explose, ma main explose, je ne me rends pas tout de suite compte que ma main a explosé, je pense que quelque chose m'a tapé et que la main est engourdie.

"Je cours vers les manifestants pour qu'ils s'occupent de ça mais je vois les regards horrifiés, tout le monde me dit qu'il faut aller voir les pompiers, faut aller à l'hôpital. Là je regarde ma main et à la place il y a un moignon avec des lambeaux de chair qui pendent et un morceau d'os déformé. J'ai encore l'image dans ma tête. À partir de là, je hurle. Les manifestants ont été géniaux, ils m'ont emmené vers les pompiers le plus vite possible."

"Dans le camion on allait très vite, on me tenait la tête pour que je ne vois pas ma main, j'ai eu qu'un vague aperçu. Je sais qu'un gars a pris une photo de ma main et je sais qu'on a pris une vidéo de ce moment-là qui maintenant tourne sur les réseaux sociaux."
 

Antoine a toujours la sensation de cette main qui n'existe plus
Antoine a toujours la sensation de cette main qui n'existe plus © Radio France / Thibault Lefèvre

Je lançais des œufs comment j'aurais pu imaginer qu'on me lancerait des grenades ! 

"C'est extraordinaire, je ne suis même pas en colère, je suis effaré, halluciné par la violence avec laquelle ils répondent à des œufs et des cailloux en face en envoyant des explosifs. Un caillou ça peut blesser si ça atterrit mal, un œuf ça peut aveugler, mais ça c'est une bombe."

"Ils ne peuvent pas nous envoyer ça dans la gueule, nous on n'est pas armés, au mieux les gars ils ont des masques à gaz ou de peinture ou des lunettes de plongée, ils se débrouillent comme ils peuvent pour s'armer contre des gens en face qui ont des gilets blindés, des casques et des matraques, des boucliers et des lance lacrymo, des lance grenade. C'est David contre Goliath. Je savais qu'ils avaient des flash-ball et des lacrymo mais ça je n'imaginais même pas qu'ils avaient ça. C'est horrible."

Porter plainte pour que ça ne se reproduise pas

Antoine envisage désormais de porter plainte comme au moins six autres victimes, blessés ou mutilées par des grenades pendant les premières manifestations des gilets jaunes. 

"Je n'en veux pas forcement aux flics, explique Antoine, mais à ce système qui a laissé des gens s'armer d'une telle façon face à d'autres gens qui ne sont pas du tout prêts à affronter ça. Ces flics ont reçu des ordres et un équipement, ils ont obéi à des ordres. C'est tout un système, c'est le gouvernement qui envoie des grenades sur des gamins qui lancent des œufs. 

Je vais porter plainte, parce que pour pouvoir passer à autre chose, j'ai besoin d'un minimum de justice et savoir quelle est l'arme qui m'a fait ça et que vont-ils faire pour éviter que d'autres subissent ça. "

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.