Après plusieurs mois de bataille, le géant du net a craqué. Si un internaute recherche "Lesbienne" sur Google, le moteur de recherche lui proposera dorénavant des définitions, des articles ou encore des associations.

Le géant américain a enfin changé l'algorithme correspondant au mot "lesbienne"
Le géant américain a enfin changé l'algorithme correspondant au mot "lesbienne" © AFP / Alastair Pike

Pour le collectif #SEOlesbienne c'est "une grande victoire" et un beau pied de nez au géant américain. Depuis jeudi, lorsqu'un internaute recherche le mot "Lesbienne" sur Google, il ne tombe plus sur des sites pornographiques.

Depuis plusieurs mois, le collectif militait pour "améliorer le référencement du mot #lesbienne". Des associations mais aussi des médias comme Numerama dénonçaient la non-réaction du moteur de recherche. 

Désormais les internautes qui tapent "Lesbienne" sur Google trouveront des liens vers des médias féminins spécialisés, des définitions et même des associations. Un grand pas pour Jill Royer, membre du collectif : "Quand on est une jeune fille ou même une femme et qu'on se questionne, Google peut parfois être le seul endroit où on peut se renseigner". Ce nouveau référencement peut aussi amener à désexualiser le terme "Lesbienne"

Beaucoup de femmes ont du mal à s'approprier le mot "lesbienne" et ce changement est très important pour lutter contre ça.

Une posture hypocrite de la part de Google

Jill Royer l'explique, "Google affiche de la sympathie avec la cause LGBT mais ça gène si on montre le contraire, comme pendant le Mois des Fiertés". À ce moment-là, le moteur de recherche affichait une bannière aux couleurs de la communauté LGBT, en mémoire des émeutes de Stonewall. 

Mais lorsqu'une recherche internet sur le mot "lesbienne" était faite, la première proposition renvoyait toujours à un site pornographique. Une observation déroutante que le collectif n'a pas manqué d'afficher sur les réseaux sociaux. 

En réponse, Google avait tout simplement décidé d'effacer sa bannière au lieu de corriger le problème.

Toutefois, comme le montre le magazine Têtu, tous les changements nécessaires n'ont pas encore été effectués par le géant américain. Lorsqu'on recherche le mot "Lesbienne" dans les vidéos Google, la plupart des résultats renvoient encore l'internaute sur des contenus pornographiques.

Du travail reste donc à faire surtout que Google n'est pas le seul dans cette situation : le collectif a pu remarquer des erreurs d’algorithmes sur Facebook. Au début du mouvement, #SEOesbienne a voulu "créer une page Facebook" pour donner de la visibilité à leur combat mais pendant une semaine elle a été "censurée par l'entreprise qui a considéré que c'est de la pornographie" à cause de l'utilisation du mot "Lesbienne".

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.