Ablation de l'utérus
Ablation de l'utérus © MaxPPP/Populaire du Centre/Eric ROGER

Un groupe de chercheurs britanniques a annoncé mercredi avoir reçu le feu vert pour lancer dès l'année prochaine le tout premier essai clinique de greffe d'utérus au Royaume-Uni, qui devrait concerner dix femmes.

C’est une formidable avancée médicale pour des milliers de femmes. Environ une britannique sur 5.000 naît sans utérus . Il y a aussi celles qui ont du subir une hysterectomie pour cause de maladie ou de cancer.

Plusieurs centaines de candidates à la greffe se sont déjà manifestées. Seulement dix seront retenues, en fonction de critères strictes : avoir entre 25 et 38 ans, être engagée dans une relation de couple stable, être en bonne santé.

Si l’expérience est concluante, des femmes qui n’auraient jamais pu porter d’enfant pourront vivre une grossesse presque comme les autres.Les premiers bébés pourraient voir le jour d’ici deux ans.

Les organes proviendront de donneuses en état de mort cérébral. Les femmes subiront ensuite une opération de six heures pour recevoir la transplantation et suivront un traitement médical pendant un an pour éviter le rejet de la greffe, avant d'être finalement inséminées avec des embryons formés in vitro puis congelés. Les naissances auront lieu par césarienne , pour éviter de soumettre l'utérus au stress de l'accouchement.

Les explications de Franck Mathevon à Londres

Six mois après la naissance, chaque femme se verra proposer une nouvelle grossesse . En cas de refus, les médecins procéderont à une hystérectomie, afin de réduire les risques liées aux traitements antirejet.

En France , au moins deux équipes mènent des expérimentations auxquelles l’Académie de médecine est favorable.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.