Au japon, des médecins ont fait naître un bébé qui ne pesait que 268 grammes à la naissance. Autoriserait-on cela en France ? La réponse est clairement non. Car les risques de graves séquelles sont beaucoup trop élevés.

60 000 prématurés naissent en France chaque année
60 000 prématurés naissent en France chaque année © AFP / Joël Saget

Ce bébé prématuré est sorti de l'hôpital après cinq mois de soins intensifs. Les médecins avaient provoqué la naissance à 24 semaines d'aménorrhée (22 semaines de grossesse), alors qu'il pesait... 268 grammes ! C'est un record : jamais un enfant viable n'était né aussi petit (il tenait dans la paume de la main). Mais est-ce pour autant une bonne chose ? Pas si sûr...

Cette naissance, provoquée à 24 semaines, pour un fœtus qui pesait l'équivalent d'une plaquette de beurre fait frémir en tout cas le docteur Jean-François Magny, il est chef du service de néonatalogie à l'hôpital Necker à Paris. En France, dit-il, "on n'aurait jamais fait une chose pareille. Le risque de séquelles graves est proche de 100%". 

De fait, cet enfant présentait un retard de croissance. Théoriquement, à 24 semaines, un fœtus pèse a peu près 500 grammes. C'est précisément la limite, en poids et en terme, qu'on s'est fixé en France pour prendre en charge ces enfants. Depuis peu, à la lumière de récentes études internationales, on tend même vers les 23 semaines. "Mais à ce stade là, on ne provoque pas la naissance, elle doit être spontanée", précise le docteur Magny. "Certains pays étrangers comme le Japon poussent même jusqu'à 22 semaines, mais en France, on ne pense pas qu'à la prouesse médicale, on pense surtout au devenir de l'enfant et à la façon dont il va vivre après". 

Ces naissances aussi précoces, à 23/24 semaines d'aménorrhée, constituent en France moins de 1% des naissances prématurées. À ce stade, le risque de séquelles (motrices, cognitives, respiratoires, visuelles, auditives) pour l'enfant est très important. Il va dépendre du nombre de semaines de gestation, d'un retard de croissance ou d'une infection éventuellement identifiés, au moment de la naissance, du sexe aussi, car les garçons résistent moins bien que les filles : ils survivent moins et avec plus de séquelles. 

On le sait, chaque semaine de plus passée dans le ventre de la mère augmente les chances de survie: de 31% de survie a 24 semaines, on passe a 59% a 25 semaines, et à 75% à 26 semaines... À 24 semaines, 12% seulement sortiront de maternité sans séquelle... 60 000 prématurés naissent en France chaque année...

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.