Un bond de près de 80 % des actes homophobes en 2013
Un bond de près de 80 % des actes homophobes en 2013 ©

Dans son rapport annuel, SOS homophobie constate une hausse de 78% en 2013 des actes homophobes par rapport à 2012. Selon l'association, ces actes ont fortement augmenté lors des débats sur le mariage pour tous.

En 2013, une photo a fait le tour des réseaux sociaux. Alors que la loi Taubira est sur le point d'être adoptée, paraît le visage ensanglanté de Wilfred de Bruijn, un homosexuel violemment agressé par un groupe alors qu'il se promenait avec son compagnon.

Bien qu'il ait sucité émoi et indignation, cet évènement n'a en rien permis de faire baisser les agressions à l'égard des homosexuels.

Elizabeth Ronzier, vice-présidente de SOS homophobie

On dépasse les 3000 témoignages sur l'année 2013

Autre lieu, même ambiance. À Nice, Alex, 30 ans, vit avec un homme. En rentrant chez lui un soir, il découvre un autocollant sur sa voiture : "les gays vont brûler en enfer !!" "Ces derniers mois, la parole homophobe s'est totalement décomplexée, dans toutes les sphères de la société", déplore SOS homophobie dans son rapport annuel.

Une parole homophobe "décomplexée"

En 2013, il y a eu une agression homophobe tous les deux jours, soit une hausse de 54% par rapport à l'année précédente. Un bond qui est principalement dû aux débas "décomplexés" sur la loi Taubira selon l'association.

"Alors qu'en 20 ans les témoignages de lesbophobie, de gayphobie, de biphobie et de transphobie reçus par notre association n'ont cessés de croître, leur nombre a littéralement explosé en 2013." SOS Homophobie a ainsi recueilli les témoignages de 3500 personnes personnes allant de l'agression physique à l'insulte de voisinage. "Tu ferais mieux d'aimer les femmes" lâche un voisin à un jeune homme qui découvre sur sa boîte aux lettres, l'inscription "PD."

"face à cette violence et à cette haine décomplexées les victimes n'hésitent plus à témoigner. La reconnaissance progressive des droits de personnes LGBT leur a permis de ne plus se cacher et de s'affirmer."

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.