En Haute-Savoie, un vététiste a été tué par un chasseur. L'homme, un restaurateur britannique, circulait en lisière de forêt à Montriond où l’association de chasse avait organisé une battue au gros gibier.

Un vététiste a été mortellement touché par un chasseur durant une battue au gros gibier (image d'illustration)
Un vététiste a été mortellement touché par un chasseur durant une battue au gros gibier (image d'illustration) © AFP / Tauseef MUSTAFA

Le vététiste "parfaitement identifiable", selon le procureur de la République de Thonon-les-Bains, dévalait samedi après-midi un chemin connu et fréquenté à 1 350 mètres d'altitude, en lisière de bois, lorsqu'il a été touché par une balle tirée par l'un des invités d'une battue au gros gibier, organisée sur les hauteurs du village de Montriond, en Haute Savoie.

L'auteur du tir est un homme de 22 ans. En état de choc, il a du être hospitalisé.

La victime est un restaurateur britannique de 34 ans propriétaire de deux établissements à Morzine et aux Gets, non loin de Montriond. Originaire du Pays de Galles, Marck Sutton s'était installé depuis quatre ans dans la région avec sa compagne. 

Les premières constatations menées par une quarantaine de gendarmes, se sont poursuivies jusque tard dans la nuit.

Une enquête de flagrance a été ouverte par le parquet de Thonon-les-Bains pour homicide involontaire aggravé par manquement délibéré d'une obligation de sécurité.

Interrogé par France Bleu Pays de Savoie, André Mugnier, le président de la Fédération des chasseurs de Haute-Savoie a expliqué l'accident par une non application des règles de sécurité mises en place par la Fédération des chasseurs de Haute-Savoie il y a trois ans, après un accident mortel.  

"Nous avons exigé que, pour 2019, l'intégralité des chasseurs soient formés, 98% le sont déjà. Ceux qui ne seront pas formés ne pourront pas chasser. Ce n'est pas simplement la manipulation d'une arme. C'est vraiment une formation complète" précise André Meunier. La fédération de Haute Savoie est la première à prendre de telles mesures en France. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.