C'est un cap symbolique qui a été franchi ce lundi : le nombre d'hospitalisations enregistrées en une seule journée a dépassé celui du 11 mai dernier, le jour du déconfinement. Et la hausse continue lentement mais régulièrement au niveau national.

Service de chirurgie ambulatoire dans un hôpital de Bordeaux
Service de chirurgie ambulatoire dans un hôpital de Bordeaux © AFP / BURGER / Phani

C'était un lundi, et nous étions nombreux à pousser un "ouf" de soulagement : le 11 mai dernier, le plan de déconfinement commençait et le pays pouvait commencer à retrouver une vie un peu plus normale. Ce jour-là, on comptait 523 nouvelles hospitalisations sur le territoire, un chiffre encore élevé bien que très loin du pic du 1er avril (avec 4281 admissions à l'hôpital pour cause de Covid-19). Un chiffre aussi qui, après une hausse le 12 mai (670 hospitalisations) va connaître une baisse régulière jusqu'au creux de la mi-juillet.

Quatre mois plus tard, on vient de retrouver le même niveau, et même de le dépasser : 545 nouvelles hospitalisations ont été recensées ce lundi 14 septembre. Et cette fois, malheureusement, la tendance est à la hausse depuis plusieurs semaines.

Comme le montre cette courbe, le nombre d'hospitalisations sur une seule journée a dépassé symboliquement celui du 11 mai dernier (les creux correspondent aux week-ends, où les chiffres sont presque systématiquement sous-évalués). Si on lisse ces chiffres pour obtenir une moyenne sur sept jours, pour éviter les biais liés à l'enregistrement simultanés de cas du dimanche et du lundi, la hausse se poursuit inlassablement.

Une hausse qui varie selon les régions : ainsi, trois zones géographiques en particulier présentent une hausse plus importante que la moyenne du nombre d'hospitalisations, mais aussi du taux de positivité des tests et du taux d'incidence (le nombre de personnes infectées sur une semaine, par rapport à la population).

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.