L’Académie nationale de médecine recommande la vaccination obligatoire contre le Covid, à partir de 12 ans, pour lutter contre la poussée du variant Delta en France.

Au centre de vaccination de Roanne, le 22 mai 2021.
Au centre de vaccination de Roanne, le 22 mai 2021. © AFP / Véronique Popinet

voIls font front commun. L'Académie nationale de médecine et l'Académie nationale de pharmacie préconisent ce samedi 10 juillet dans un communiqué "l'obligation vaccinale" contre le Covid-19 pour "l'ensemble de la population âgée de 12 ans et plus". Le 25 mai dernier, l'Académie nationale de médecine souhaitait déjà que l’obligation vaccinale soit "envisagée". À cause de l’augm_"On n’y arrivera pas autrement. Ce n’est pas une punition. C’est un objectif collectif, citoyen, pour obtenir cette immunité collective qui nous libèrera tous. Avec le variant, on a calculé qu’il faudrait 90% voire 95% d’immunité collective."oçois Mattei s’explique : "Il y a un réel danger si on ne prend pas ces mesures de vaccination obligatoire."_

Commençons par les soignants, puis toutes les professions qui sont au contact de la population et puis les adolescents. D’ailleurs, il donnerait bien l’exemple à leurs parents quelques fois.

Le principe du volontariat "révèle ses limites" 

L’obligation vaccinale est l’une des pistes envisagées pour éviter une quatrième vague. Le président Emmanuel Macron doit s’exprimer lundi soir, à l’issue d’un nouveau conseil de défense sanitaire. Pour l'épidémiologiste Yves Buisson, "il y a urgence car la recrudescence à laquelle on assiste depuis une quinzaine de jours montre que l’on a encore un avenir difficile et il n’y a pas d’autres moyens que l’obligation vaccinale".

Selon le président de la cellule Covid-19 de l'Académie nationale de médecine : "Les moyens classiques, la persuasion, la pédagogie, l’incitation sous toutes ses formes peuvent être productif mais ne permettront pas de pousser l’ensemble de la population française à se présenter au vaccinodrome pour se faire vacciner." Le Professeur Yves Buisson ne voit pas d'autres moyens : "On n’y arrivera pas autrement. Ce n’est pas une punition. C’est un objectif collectif, citoyen, pour obtenir cette immunité collective qui nous libérera tous. Avec le variant, on a calculé qu’il faudrait 90% voire 95% d’immunité collective."