Quelques décennies avant la révolution Internet, le transistor venait remplacer les postes de radio existants, lourds et encombrants, pour faire arriver les ondes jusque dans les chambres des adolescents et adolescentes.

Les dernières pièces de la collection d'appareils de Radio France
Les dernières pièces de la collection d'appareils de Radio France © Radio France / Mathilde Dehimi

Nous sommes en 1947 : les Américains inventent le transitor, ou résistance variable de transconductance. Un composant électronique qui donne un coup de vieux aux postes radio à lampe, comme l'explique Jean-François Néolier, ingénieur son à Radio France : "Un transistor, ça fait un demi-centimètre, comme composant. Avant, il y avait des tubes, dont même les miniatures faisaient 5 à 6 cm. _Il fallait une prise de courant pour les alimenter, et on partait sur des volumes assez importants_."

Plus besoin de prise électrique, des piles suffisent, ce qui permet de dépanner quand on n'a plus d'électricité. C'est aussi cette nouveauté qui va faire du transistor un tournant sociologique. Pour Stéphane Devernay, également ingénieur son à Radio France :

Avant, le poste à lampe, c'était comme la télévision dans les années 50 : on se mettait devant, on écoutait la radio... Avec le transistor, l'écoute de la radio devient individuelle. Les gens écoutent dans la rue, sur la plage, ils écoutent la musique qui va avec, le rock... C'est la libération de la jeunesse !

Aujourd'hui, on écoute beaucoup la radio sur son téléphone, et France Inter notamment a su y trouver sa place en devenant première radio de France sur le numérique en ce mois de décembre. Mais beaucoup gardent précieusement leur transistor devenu vintage (et qui fonctionnera sans doute encore un bon moment)...

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.