Le 24 août 2006, l'Union astronomique internationale décidait de mettre un terme au classement en neuf planètes. Pluton a donc été "rétrogradé" et reclassé en "planète naine".

Il y a 10 ans Pluton était reclassé en planète naine
Il y a 10 ans Pluton était reclassé en planète naine © CC NASA / Johns Hopkins University Applied Physics Laboratory / Southwest Resear

Il y a dix ans, jour pour jour, l'Union astronomique internationale (UAI) décidait, lors du son 26e congrès en République tchèque, et au terme d’une semaine de débats, de mettre un terme au classement en neuf planètes. Pluton perdait son appellation de neuvième planète du système solaire malgré l'opposition farouche des américains (Pluton était la seule planète de notre système solaire découverte en 1930 par un américain...).

Pluton rétrogradé... Pluton reclassé

Raison de cette "retrogradation" Pluton ne remplissait pas tous les critères d'une planète, il n'avait pas fait le ménage autour de lui. Il y avait d'autres objets célestes et à ce titre, ça ne pouvait donc pas être une planète.

Trois conditions sont donc nécessaires pour qu'un astre puisse répondre au titre de planète :

  • Il doit tourner autour du soleil
  • Il doit être rond (masse suffisante)
  • Il doit avoir nettoyé le voisinage de son orbite

Depuis, Pluton fait donc partie des planètes naines.

Selon la définition de 2006, il y a huit planètes confirmées dans le Système solaire : Mercure, Vénus, la Terre, Mars, Jupiter, Saturne, Uranus et Neptune.
Selon la définition de 2006, il y a huit planètes confirmées dans le Système solaire : Mercure, Vénus, la Terre, Mars, Jupiter, Saturne, Uranus et Neptune. © CC Nasa / Egg / ve

Vers l'infini et au-delà

Dix ans après, la décision d’exclure Pluton de la famille des planètes du système solaire ne fait plus débat, car les preuves n'ont cessé de s'accumuler. Les découvertes montrent qu’il y a après Neptune (la huitième planète), pas mal d'objets tout à fait étonnants qui font l'objet de nombreuses recherches aujourd'hui. Car après Neptune, il n'y a pas un seul Pluton mais plusieurs autres objets similaires massifs - entre 1000 et 2.000 kilomètres de diamètre - très loin du soleil donc peu éclairés. Pour autant, explique Thomas Widemann de l'observatoire de Paris, la famille des planètes naines n'est pas si grande :
"On s’attendait à trouver plusieurs dizaines, plusieurs centaines de corps de la taille de Pluton, et finalement ce n’est pas ce qui a eu lieu. On a plutôt un petit nombre de planètes naines, cinq ou six au total, et ce qui est plus surprenant encore, c’est l’extraordinaire diversité de ces corps. Divers au plan physique et des corps sur des orbites extrêmement différentes."

Les objets au-delà de Neptune, baptisés transneptuniens, sont déjà au nombre de 1750. Leur découverte progressive bouscule-t-elle le scenario de formation du système solaire ? Agnes Fienga astronome à l'observatoire de la Côte d'Azur
"Ca a validé l’idée qu’on n’avait pas des planètes jusqu’à Neptune - en incluant Pluton - et puis plus rien. L’idée aussi qu’on a des objets qui ont des orbites assez inclinées. Donc ça a montré qu’on a un système solaire lointain de plus en plus complexe, qui mérite d’être observé dans un espace plus large que celui qu’on a observé jusqu’à présent."

L’idée d’une neuvième planète n’a pourtant pas disparu

Au début de l’année un jeune astronome américain affirmait, démonstration mathématique à l’appui, qu’elle existe. Reste à la trouver. Ce serait la remplaçante de Pluton.

► POUR EN SAVOIR PLUS | Ecouter Qu'est-ce qu'une planète ?