C'est une pratique qui change de la pêche traditionnelle. Popularisée depuis quelques mois par des vidéos YouTube, la pêche à l'aimant connaît un succès grandissant en France. Fans de pêche ou simples prospecteurs, ils sont de plus en plus nombreux à s'y mettre le long des cours d'eaux.

Le youtubeur ChrisDetek pêche à l'aimant au pied de la Tour Eiffel.
Le youtubeur ChrisDetek pêche à l'aimant au pied de la Tour Eiffel. © ChrisDetek

Finie, la canne à pêche traditionnelle. La pêche à l'aimant apporte une nouvelle variante. Il ne s'agit plus d'attraper du poisson, mais des métaux, de la ferraille perdue ou jetée au fond des cours d'eaux. Les pêcheurs utilisent une corde robuste, souvent faite en nylon, avec un aimant au bout. Encore anonyme il y a quelques mois, la pratique commence à se populariser depuis quelques mois grâce aux vidéos de youtubeurs comme ChrisDetek34, un prospecteur passionné de pêche à l'aimant. Ses vidéos cumulent des millions de vues sur YouTube.

On récupère parfois des choses rocambolesques dans l'eau

ChrisDetek s'est passionné pour cette pratique il y a près de deux ans. Vélos, trottinettes, coffre-fort... Le youtubeur a récupéré des pièces métalliques très surprenantes au cours de ses parties de pêche. Une chasse au trésor trépidante, mais avant tout un geste écologique. "On récupère des objets polluants, nocifs pour les cours d'eaux français. Au-delà du côté parfois 'fun' de la pêche à l'aimant, on cherche surtout à faire un beau geste et à sensibiliser les gens sur la pollution."

Les ventes d'aimants explosent en France

Les aimants utilisés pour la pêche coûtent jusqu'à 120 euros pour les plus performants et peuvent tracter jusqu'à 800 kilos de métal. En France, les ventes ont explosé ces derniers mois. La Maison de la Détection, une enseigne parisienne spécialisée dans la vente de chercheurs de métaux, est l'un des rares magasins à en proposer en France. Melvyn Derouen, son gérant, en a vendu plus de 2 000 en six mois... "C'est la folie, on est en permanence en réapprovisionnement. Sur les six derniers mois, j'en ai eu trois où je me suis retrouvé en rupture de stock. Avant, on vendait une dizaine d'aimants par an. Là, les ventes ont explosé".

Quelques précautions à prendre

La pêche à l'aimant n'a aucune réglementation en France, pour l'instant. "Ça ne saurait tarder" pour Melvyn Derouen. "Ça demande des précautions et notamment des gants. On peut manipuler deux aimants, parfois avec une force d'attraction supérieure à 1 000 kilos. Il y a aussi des zones en France où les pêcheurs peuvent repêcher des armes, des obus datant de la guerre. Il faut faire de la prévention". Sans oublier que les vrais trésors enfouis au fond de l'eau sont rares. La plupart des objets repêchés sont déposés dans des conteneurs, et recyclés lorsque cela est possible. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.