Dans le palmarès des mots médiatiques à la mode, celui-ci, à coup sûr, arrive dans les premiers ! Vous vous réveillez, vous allumez la radio : « le crash de l’avion du président polonais, un accident totalement improbable », on vous dit. Vous vous servez un café, vous ouvrez le journal : « rumeurs et petits clapotis, Carla oppose un démenti au cours d’une interview totalement improbable », on vous dit. Votre tartine vous échappe. Une chance sur deux, la loi de Murphy, elle tombe évidemment sur le côté beurré. Ensuite, vous prenez votre douche et par les canalisations, vous entendez cette fois la télé de votre voisine au caniche abricot : « Et c’est l’improbable Mickaël Vendetta qui vient de remporter La Ferme ! », hurle un animateur. « Mais qui est ce Vendetta ? », vous vous demandez toujours un petit quart d’heure plus tard en laçant vos chaussures. Puis sur le coup de midi, après avoir attendu en vain un « improbable » RER, vous voilà enfin au boulot. Vous tombez sur un magazine : « Le succès improbable du livre improbable de Nicolas Rey ! » « Mais qui est ce Nicolas Rey ? », vous vous demandez toujours une demi-heure plus tard, tandis que débarque un collègue hilare. C’est votre gueule qui le fait rire. Il vous dit que vous avez une coiffure totalement « improbable ». Il faut dire qu’entre le toast et les lacets, vous avez complètement zappé les cheveux. Mais alors donc ça veut dire quoi, cet « improbable » à tout bout de champ ? Dans le langage mathématique, c’est un synonyme d’« impossible ». Quelle est la probabilité de faire un quatre avec un dé ? Une sur six. Quelle est la probabilité de faire tomber une tartine sur le côté beurré ? Normalement, une sur deux. Quelle est la probabilité de devenir le petit copain de Louise Bourgoin ? A priori aucune. Probabilité zéro. Situation impossible, situation « improbable » au sens mathématique du terme. Un sens très différent de celui qu’on lui donne le plus souvent dans les médias, où là, il peut signifier à la fois « invraisemblable », « inattendu », « déroutant », « loufoque » ou bien carrément « ridicule »… Des mots qui conviennent parfaitement à Mickaël Vendetta. Comme à ma coupe de cheveux. Et comme à la vôtre aussi Pascale Clark, car vous également vous êtes une personne improbable. Souvent « inattendue », par moment « déroutante », parfois « loufoque » ou bien carrément… Voilà, voilà. C’est ça qui est pratique avec le mot « improbable » : il permet de rester très évasif. On ne sait jamais s’il s’agit d’une critique acerbe ou d’un compliment amusé. Bref, il permet d’avoir l’air « super stylé » comme disent certains, mais sans jamais se mouiller… Quant à l’histoire de la tartine, je crois que c’est encore pire avec la confiture. Chronique (Gimmick) du 14/04/10 dans "Comme on nous parle"

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.