[scald=60071:sdl_editor_representation]PARIS/SAINT-DENIS DE LA REUNION (Reuters) - Une expertise pour préparer la restauration du Parc national de la Réunion, où des incendies ont ravagé ces derniers jour près de 3.000 hectares, va être lancée par le gouvernement français, annonce la ministre de l'Ecologie Nathalie Kosciusko-Morizet.

La ministre a mandaté deux experts naturalistes, Serge Muller et Michel Echaubard, pour aider le Conservatoire botanique, l'office national des forêts, les autorités du parc et les collectivités locales, lit-on dans un communiqué.

Les experts se rendront sur place le 21 novembre et une première enveloppe de 100.000 euros est promise pour mener les premières actions d'étude et de suivi.

Les incendies n'ont pas progressé depuis mardi sur les hauteurs montagneuses de la Réunion et demeurent contenus sur 2.833 hectares alors qu'un bombardier d'eau devait arriver dans la soirée, annonce mercredi soir la préfecture de l'île.

Le premier bombardier d'eau "Dash 8", envoyé de métropole après des critiques d'élus locaux sur le manque de moyens de lutte, doit commencer ses rotations jeudi. Un deuxième appareil du même type de la Sécurité civile a quitté Marignane et devrait arriver jeudi à la Réunion.

Marie-Luce Penchard, ministre de l'Outre-mer, qui a passé sa journée sur l'île, à indiqué que les décisions d'organisation des secours n'étaient pas motivées par un souci d'économie, répliquant aux nombreuses critiques locales à ce sujet

Les incendies, d'origine criminelle selon les autorités, ont éclaté le 25 octobre à plus de 2.000 m d'altitude, sur le versant ouest de la Réunion. Ils ont essentiellement parcouru des zones naturelles situées au cour du Parc national et inscrites au patrimoine mondial de l'Unesco.

Eva Joly, candidate écologiste à l'élection présidentielle, a pour sa part annoncé le report de sa venue dans l'île, prévue vendredi.

Thierry Lévêque, avec Bernard Grollier à la Réunion, édité par Patrick Vignal

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.