Un peu plus de trois mois après le lancement de la campagne vaccinale contre la Covid-19, 10 millions de Français ont reçu au moins une injection, a annoncé Jean Castex. Qui sont-ils ? Quelles tranches d'âge ? Quel vaccin ? La France est-elle encore à la traîne ? Voici cinq graphiques pour y voir plus clair.

Une pharmacienne sur le point de vacciner un patient à Savenay (Loire-Atlantique), le 2 avril 2021.
Une pharmacienne sur le point de vacciner un patient à Savenay (Loire-Atlantique), le 2 avril 2021. © AFP / Loïc Venance

La barre symbolique est franchie. Un peu plus de trois mois après le lancement de la campagne de vaccination contre la Covid-19 le 26 décembre, 10 millions de Français ont reçu une première dose de vaccin contre le coronavirus, a annoncé Jean Castex ce jeudi. "Nous sommes à une semaine d'avance sur l'objectif que j'avais fixé, c'est une très bonne performance", s'est félicité le Premier ministre. 

19% de la population adulte

Dans le détail, 19% de la population adulte (estimée à 52 millions de personnes) a donc reçu au moins une injection. Le rythme de la vaccination devrait nettement s'accélérer en avril, après de premiers mois chaotiques à cause des retards de livraisons des laboratoires. L'exécutif se fixe un objectif : 400 000 injections par jour, selon Alain Fischer, président du Conseil d’orientation de la stratégie vaccinale anti-Covid.

Sans surprise, les 75 ans et plus sont en tête

Ce sont logiquement les Français les plus âgés qui ont reçu le plus de doses de vaccins, conformément à la stratégie mise en place par le gouvernement. Depuis le 31 mars, tous les plus de 70 ans peuvent en théorie être vaccinés, ainsi que les personnes à risques de plus de 50 ans. L'ensemble des professionnels de santé sont aussi éligibles. Emmanuel Macron a précisé dans son allocution du 31 mars le calendrier prévisionnel de la vaccination : tous les plus de 60 ans à partir du 16 avril, les 50 ans et plus dès le 15 mai et l'ensemble des Français majeurs à partir de l'été.

L'Île-de-France à la traîne ?

C'est la région la plus touchée par la troisième vague de l'épidémie, et pourtant, moins de 12% des franciliens ont reçu au moins une injection, soit la proportion la plus faible du territoire métropolitain. Un chiffre à relativiser, car il dépend en grande partie de la démographie locale, et de la part de la population âgée de plus de 70 ans et donc éligible à la vaccination. Il se trouve que la région parisienne héberge des territoires particulièrement jeunes, comme la Seine-Saint-Denis, où la moyenne d'âge est la plus basse de métropole.

Le vaccin Pfizer-BioNtech, largement majoritaire

Le vaccin de l'alliance Pfizer-BioNtech reste, de loin, le plus utilisé en France. C'est le premier à avoir été autorisé dans notre pays en décembre 2020. Il restera en tête, selon les chiffres du ministère de la Santé, avec près de 2 millions de doses livrées chaque semaine à la France à partir de mi-avril.

En plus du Pfizer-BioNtech, du Moderna et de l'Astrazeneca, un nouveau vaccin arrivera bientôt dans notre pays : le Janssen, du laboratoire américain Johnson & Johnson. Il devrait être livré à partir du 19 avril.

Israël, le Royaume-Uni et le Chili sur le podium, la France loin derrière

La France est toujours à la traine sur la vaccination. La comparaison est cruelle, notamment avec nos voisins outre-manche. Au Royaume-Uni, plus de 46% de la population a reçu au moins une dose de vaccin. Mais cette large avance prise par les Britanniques nous permet aussi de mesurer l'efficacité des sérums tant convoités : la Covid a fait 10 morts au Royaume-Uni samedi 3 avril (voir chiffre plus récent au moment de la publication). 

Note : les graphiques sont réalisés à partir des dernières données mises en ligne, qui n'ont pas encore été actualisées ce jeudi pour les chiffres concernant la France.