Scandale vidéo abattoir de Mauléon
Scandale vidéo abattoir de Mauléon © Radio France / Association L214

Un abattoir du pays basque a été fermé ce mardi, suite à la diffusion de vidéos montrant les sévices infligés à des animaux. Une association a porté plainte contre l'établissement. Le ministre de l’Agriculture annonce des inspections dans tout le pays.

Sur son site internet, l’abattoir intercommunal du pays de Soule, situé à Mauléon-Licharre dans les Pyrénées-Atlantiques, met en avant la "qualité irréprochable " de ses services, et met en avant sa certification Ecocert et son agrément pour travailler les produits bio. L’association L214 (du nom de l’article de loi qui reconnaît que les animaux sont doués de sensibilité) en donne une image bien différente. Elle a publié ce mardi deux vidéos montrant les mauvais traitements infligés aux ovins et bovins. On y voit des animaux commencer à être découpés alors qu’ils sont encore conscients, un agneau écartelé vivant à cause d’un crochet mal positionné, ou encore des employés donner des coups aux bêtes.

ATTENTION, certaines images peuvent heurter la sensibilité du public.

Des "actes innommables " estime le propre directeur de l'établissement

Le directeur du site a expliqué qu’il était "dégouté ". "C’est inadmissible . (…) C’est une tâche indélébile " déplore Gérard Clémente, qui a reconnu sur les images ses infrastructures et deux de ses salariés, qu’il veut mettre à pied.

Gérard Clémente, le directeur de l'abattoir de Mauléon.

Les militants de L214 ont posé des caméras cachées pendant une semaine, "environ deux semaines avant Pâques ", une période particulièrement intense pour les abattoirs. L’association a déposé plainte ce mardi après-midi auprès du procureur de la République de Pau pour "maltraitances, sévices graves et actes de cruauté ". Le maire de Mauléon a annoncé dans un communiqué qu’il prononçait "la fermeture de l’abattoir pour une durée indéterminée ", le temps d’une enquête.

L’établissement emploie 37 personnes dont 13 abatteurs.

Le gouvernement prend le dossier en main

Le ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll, a demandé ce mardi midi aux préfets de contrôler tous les abattoirs du pays d’ici un mois. En cas de manquements aux règles de protection animale, les établissements se verront suspendre sans délai leur agrément.

L’association L214 n’en est pas à son coup d’essai. Ces cinq derniers mois, elle a fait fermer les abattoirs d’Alès et du Vigan dans le Gard pour maltraitance. Ces scandales ont abouti à la mise en place d’une commission d’enquête parlementaire sur le sujet.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.