Plus de 12 millions d'élèves font leur rentrée scolaire ce lundi, trois jours après celle des professeurs, pour qui cette première journée est importante. C'est elle qui va donner le ton de l'année à venir.

Ce lundi, un peu plus de deux millions de lycéens font leur rentrée scolaire, en France.
Ce lundi, un peu plus de deux millions de lycéens font leur rentrée scolaire, en France. © Getty / Frédéric Girou

La rentrée scolaire, c'est toujours un mélange d’excitation et d'appréhension pour les élèves. L'excitation de revoir les copains et copines, de leur raconter les vacances. Mais aussi l'appréhension de ne pas se retrouver avec eux en classe, de passer peut-être d'un établissement à un autre, sans aucun repère. 

Ces sentiments-là, les enseignants les éprouvent également. Le premier jour d'école est un moment très important, qu'ils se doivent de réussir. Il peut être la garantie d'une année scolaire passée sans réelles embûches. 

Marie, enseignante en CE2, à Choisy-le-Roi, en région parisienne, fait de l'instauration de règles sa priorité :

Ce qui est difficile à la rentrée, pour moi, c'est d'imposer une certaine gestion de classe, de pouvoir instaurer un cadre de travail. Il faut fixer des règles dès le premier jour, des savoir-faire, des savoir-être, pour que les élèves sachent qu'ils sont de nouveau à l'école, et qu'ils ne sont plus enfants à la maison.

Le deuxième enjeu pour la maîtresse est de créer "le début d'une cohésion de groupe". À chaque rentrée, au lieu d'entrer tout de suite dans le vif du sujet, de perdre les élèves avec les divisions en mathématiques ou les conjugaisons en français, Marie donne des cours d'éducation physique et sportive. "Le premier jour, il y a toujours de l'EPS. Je fais des équipes où tout le monde va apprendre à se connaître pour créer le début d'une cohésion de groupe."

Prendre la température

Dans le secondaire aussi, cette cohésion est essentielle aux yeux de Guillaume, professeur de mathématiques, dans un lycée de Nogent-sur-Oise. 

Le premier jour, je me présente, je dis les attentes que j'ai, je prends la température avec les élèves. J'aime bien aussi en entendre le plus possible se présenter également. Le premier contact est intéressant. 

Et les élèves sont détendus, dit-il, car mis à part répondre "présent" au moment de l'appel, ils ne vont pas beaucoup travailler le premier jour, ni ramener de devoirs à la maison, le soir. "En général, les élèves sont contents de reprendre, les professeurs aussi. Du coup, le climat en classe est génial." Un climat de confiance, propice à faire bonne impression. D'autant que la première impression est souvent la bonne.

Une fois cette première journée passée, les choses sérieuses vont pouvoir commencer. "Au bout d'un mois ou deux, il commence à y avoir des choses qui se mettent en place, et on ressent déjà les effets un peu négatifs du travail", sourit Guillaume.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.