Multiplication des actes lesbophobes, libération de la parole, ou les deux ? Le chiffre révélé ce mardi par SOS Homophobies parle de lui-même : le nombre d'actes haineux envers les lesbiennes rapportés à l'association a bondi de 42% en un an, passant de 257 actes rapportés en 2017 à 365 en 2018, soit un par jour.

Pour un simple geste d'affection dans la rue, les lesbiennes (ou supposées l'être) s'exposent à des coups, des insultes, voire des agressions sexuelles
Pour un simple geste d'affection dans la rue, les lesbiennes (ou supposées l'être) s'exposent à des coups, des insultes, voire des agressions sexuelles © AFP / Paul Zinken

Que ce soit en valeur absolue ou en proportion, le nombre d'actes lesbophobes rapportés à SOS Homophobie a explosé en un an : en 2017, l'association a dénombré 257 faits, soit 16% de l'ensemble des actes LGBTphobes recensés par l'association. En 2018, ce chiffre a bondi de 42%, passant à 365 (soit 22% du total), selon le rapport sur l'homophobie 2019 publié ce mardi par l'association.

Un chiffre qui recouvre des situations très différentes : si 78% de ces actes se sont manifestés par du rejet, 50% par de la discrimination ou 39% par des insultes, un acte sur cinq s'est traduit par de la diffamation, du harcèlement ou des menaces. Dans 9% des cas, les victimes ont été agressées physiquement, dans 2% des cas, elles ont été licenciées, et dans 1% des cas, elles ont subi une agression sexuelle.

Dans le détail, 28% de ces actes ont eu lieu sur internet, 14% sont le fait de membres de la famille, 13% se sont déroulés dans l'espace public, et 10% au travail. Des actes qui ont ciblé à 31% les 35-50 ans, et à 20% les 25-34 ans. Dans 28% des cas, l'âge des victimes n'a pas été rapporté.

L'association pose la question de l'origine de cette augmentation spectaculaire : sont-ils le reflet d'une augmentation de la lesbophobie, ou révélateurs d'une parole qui se libère chez les lesbiennes, et chez les femmes de manière générale, dans la foulée des mouvements #BalanceTonPorc et #MeToo fin 2017 ?

Quelle que soit le moteur du signalement, cela n'enlève rien à la réalité des agressions dont peuvent être victimes les lesbiennes quand elles sont identifiées en tant que telles. Pourtant, ces actes sont très souvent minimisés et ne font pas systématiquement l'objet d'un signalement, encore moins d'une plainte. Regards insistants, haineux, insultes, intimidations, menaces, agressions physiques, voire sexuelles, France Inter a compilé plusieurs des témoignages rapportés par SOS Homophobie.

Valérie et Aurélie, frappées pour s'être tenu la main

La scène se passe dans un restaurant de Haute-Garonne, où le couple dîne en famille. Vers 23h30, les deux femmes font la queue aux toilettes en se tenant la main, quand un homme, décrit comme rugbyman, se met à les insulter. "Aurélie a eu peur, elle est allée chercher quelqu’un pour le faire partir mais il est revenu en lui disant qu’elle ne pourrait pas avoir d’enfant", témoigne Valérie. "Je lui ai demandé d’arrêter de nous juger. Et là, il m’a donné un coup de poing au visage, je suis tombée et il a continué à me taper. Aurélie l’a tiré en arrière, il s’en est pris à elle. Elle a des bleus partout. Moi, j’ai la pommette gonflée, l’oreille bleue, mal aux cervicales. Il était parti lorsque les gendarmes sont intervenus. On a déposé plainte et fait constater nos blessures par un légiste."

Adeline et sa copine, frappées pour s'être embrassées dans la rue

Un samedi soir, toujours en Haute-Garonne, à Toulouse, celle qui témoigne raconte avoir raccompagné sa copine Adeline chez elle avec un ami. Quand elles s'embrassent devant des jeunes qui attendaient à côté, _"Une fille nous lance 'Eh, vas-y, on est dans un lieu public !'", témoigne-t-elle. "Un garçon essaie de la calmer mais c’est une vraie furie. Une autre arrive et nous décoche des coups de poing sur le nez, les joues. Je fais tout pour garder mes bras autour de ma copine, notre ami essaie de contenir cette fille. On arrive à se dégager et à rentrer chez nous. Le lendemain, j’ai la peur au ventre et la haine. Je regarde des vidéos d’autodéfense."_

Fabienne et Mathilde, insultées pour un geste d'affection en public

On est cette fois à Marseille. Fabienne et Mathilde sont assises sur un banc, se tiennent par les épaules et s'embrassent quand un adolescent sort d'un groupe tout proche et s'avance : _"Il a bondi dans notre dos, en hurlant : '_Allez prendre des bites. Dégagez !', et autres propos de la même farine. J’ai été sonnée mais lui ai dit que c’était à lui de dégager. Nous sommes néanmoins parties. Qu’est-ce que nous aurions pu faire : aller à l'affrontement ? Tenir la dispute ? Nous avons été l'attraction de leur après-midi, c’est inadmissible mais je ne savais pas quoi faire d'autre."

Sofia et Christelle, prises à partie dans un bus

Les transports en commun sont régulièrement le théâtre d'actes lesbophobes. Sofia et Christelle en ont fait l'expérience dans un bus parisien, alors qu'elles venaient d'échanger un baiser. Immédiatement, elles sont prises à partie par un homme et une femme, qui hurlent "C’est à cause de vous qu’on descend, il y a des hôtels pour ça". Sofia et Christelle répondent poliment mais fermement qu’elles n’ont aucun problème, elles. En réponse, l’homme adresse un doigt d’honneur au couple de femmes, lesquelles s’embrassent alors de nouveau. La femme revient cracher sur le couple.

Joanne, giflée en pleine rue

En pleine nuit, Joanne rentre de soirée à Paris avec une amie. Elles descendent du bus et discutent un peu sur le trottoir lorsqu’elles entendent un homme les interpeller au loin. D’abord, elles n’y prêtent pas attention. Mais l’homme se rapproche et crie à Joanne : "Eh toi, ça fait 50 mètres que j’ai vu que tu étais une grosse gouine". Elle répond : "Et alors, ça te fait quoi ?". L’homme renchérit : "Beh, tu es un bonhomme" et la gifle.

Mélanie et sa copine, insultées pour avoir refusé un baiser à trois

C'est une tendance lourde dans les actes lesbophobes : la volonté d'hommes de s'immiscer dans un couple de femmes pour se réapproprier une sexualité qui leur échappe. C'est ce qu'ont vécu Mélanie et sa copine dans un bar parisien, alors qu'elles s'embrassaient. Un homme s'approche et leur demande de "rejoindre le bisou". Face à leur refus sans ambiguïté, il lâche : "Deux meufs ensemble c'est du gâchis", mais tente tout de même de revenir à la charge, malgré la tentative de ses amis de le calmer. Le barman s'interpose, et lui demande de les laisser tranquilles. C'est à ce moment que les insultes fusent : "C'est pas moi le problème, c'est elles ! Sales gouines, ça devrait pas exister. Allez vous brouter la chatte ailleurs."

Une témoin anonyme, frappée par le frère de sa copine

Après internet (28% des cas), c'est au sein de la famille des victimes que l'on recense le plus de cas de lesbophobie (14%). Cette témoin anonyme en a fait l'expérience avec le frère d'Anna, sa copine. Pour éviter les problèmes, elles ont accepté son interdiction de venir à la maison. "J’avais l’habitude d’attendre Anna en bas de son bâtiment mais comme il a menacé de descendre et de me frapper, je l’attendais plus loin", raconte-t-elle. "Mais hier soir, il est descendu m’insulter, il m'a poussée, m’a donné un violent coup de poing à la tempe. Je me suis alors défendue, Anna m’a aidée mais je me suis pris plusieurs coups au visage. Aujourd'hui, elle est restée enfermée dans sa chambre car elle était seule avec lui."

Karine, insultée devant sa fille de 10 ans

Les grandes villes ne sont pas les seuls théâtres de ces manifestations de lesbophobie. Karine et sa compagne vivent dans un petit village de l'Isère, quand survient une altercation avec une voisine. Entre autres insultes, la voisine en question lance un "Sale gouine" devant leur fille de 10 ans, traumatisée par l'événement. "Elle n'arrive pas à dormir", raconte Karine, "elle a peur de cette dame. Ce n’est qu’une petite infraction, mais je ne voudrais pas que ce soit classé sans suite."

Une témoin anonyme, a arrêté d'embrasser sa copine en public face aux remarques

"Dans la même soirée, avec ma petite amie, nous avons vécu deux situations qui nous ont bouleversées. Nous assistions à un spectacle dans un cabaret parisien et au moment de sortir, un couple d’une soixantaine d’années nous a bloqué le passage. Ils voulaient nous sermonner car nous nous étions embrassées durant la représentation : 'Je n’ai rien contre les couples comme vous mais vous devriez avoir honte'. Pour nous changer les idées, avec des amis, nous sommes allées en boîte. Et là, deuxième situation pénible ! Nous nous tenions la main et nous nous embrassions. On ne pensait pas que cela dérangerait mais on voyait qu’on parlait de nous, qu’on n’était pas 'normales'. Un ami de ma copine se colle à nous et nous devons subir ses questions : ' Vous faites quoi au lit sinon ? Vous utilisez les doigts ? Vous savez, vous êtes le fantasme de tous les mecs ici. Si vous voulez faire un plan à trois, je veux bien'. Clairement gênées, nous essayons d’éviter ses questions. Pendant tout cet interrogatoire, le garçon se frottait à moi, son entrejambe me touchait la cuisse. J’étais dégoûtée ! Quand je m’éloignais, il se rapprochait à chaque fois et il était entouré de ses autres potes. On ne s’est jamais senties aussi salies, aussi sexualisées, on était comme un plat présenté aux hommes de la salle ! Finalement, on se sent chanceuses de ne pas avoir subi de violence physique mais on sent que l’homosexualité féminine est liée au fantasme masculin. On nous demande constamment des plans à trois ! Ces expériences sont nombreuses, je les vis depuis deux ans et demi. Elles m’ont convaincue que je ne devais pas embrasser ma copine en public."

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.