La 3.1 du collège George Rouault (XIXe), a débuté le programme InterClass. Edouard Zambeaux et son équipe de journalistes ont recherché un lieu de reportage avec les élèves.

Catherine Gaiffe, Responsable des Relations Publiques et du service des Relations Auditeurs, aide les collégiens à trouver un thème de reportage.
Catherine Gaiffe, Responsable des Relations Publiques et du service des Relations Auditeurs, aide les collégiens à trouver un thème de reportage. © Radio France / Quentin Vaslin

Interclass : le carnet de bord de Quentin Vaslin avec les élèves du collège Georges Rouault dans le 19e arrondissement de Paris (1/5).

La sonnerie retentit. Il est 10 heures du matin, sur les bancs du collège George Rouault. Le moment est venu pour la 3.1 de lancer la deuxième année pour le programme InterClass. Après les attentats de 2015, dialoguer et expliquer les métiers de l’information est devenu une nécessité dans certains établissements scolaires du territoire.

Les journalistes le savent, la classe dans laquelle ils interviennent est déjà éduquée aux médias. Un tiers a déjà participé au programme l’an dernier, pour un résultat très positif. Une classe d’éducation aux médias se tient également tous les mardis. La délégation de France Inter arrive en terrain plus ou moins conquis.

Trouver un lieu de reportage

À peine assis dans le Centre de Documentation et d’Information (CDI) de madame Gramard, la documentaliste du collège, les élèves se mettent à dialoguer. Mara, qui « veut être présidente », s’est intéressée de près au parcours d’Edouard, l’un des membres de l’équipe de France inter. Elle en a fait une biographie et la lit à toute la classe, touchant. La satisfaction de pouvoir travailler avec ce journaliste est visible. Madame Pavel, la professeure principale est satisfaite.

« Nous voulons que vous trouviez un lieu pour faire un reportage. C’est pour cela que nous sommes là ce matin. On va vous aiguiller, mais ce sera votre choix ». Edouard Zambeaux, le journaliste de l’émission Périphérie, donne rapidement de ton de la séance. Chacun y va de sa petite envie. « On va aller au Parc des Princes pour interviewer les joueurs du PSG », lance Falo, avant de surenchérir : « Non, en fait, je veux aller faire un reportage chez Claire Chazal ». Plus réaliste, Naïa, joueuse de trombone sur son temps libre, souhaite « aller au conservatoire de Paris ». Leur imagination va bon train, il faut canaliser leur énergie.

Les élèves du collège Georges Rouault (XIXe), pendant la pause de 10h.
Les élèves du collège Georges Rouault (XIXe), pendant la pause de 10h. © Radio France / Quentin Vaslin

Le monde carcéral

Rayane veut quant à lui profiter de ce reportage pour « aller à Miami ». Malheureusement, c’est trop loin. Il va donc changer de projet. Forte tête de la classe, il est le premier à évoquer le sujet de la prison. Les autres ont approuvé. Mara veut se rendre en « maison de correction pour connaître les conditions de détention des mineurs », comme Melissa, qui souhaite découvrir les « foyers de délinquants ». Aissé elle, aimerait « connaître la taille des cellules pour comparer avec la télé. » Toute la classe semble convaincue par ce projet de reportage dans le milieu carcéral.

Un tiers de la classe concerné par l’incarcération

Aujourd’hui, environ 68 000 personnes peuplent les prisons. Parmi eux, 1000 mineurs. Environ un tiers de la classe est touché de près ou de loin par l’incarcération, d’après un sondage de madame Pavel. Nazor, après un bon travail de réflexion, souhaite y aller pour comprendre. « Je veux savoir pourquoi certaines personnes franchissent la ligne jaune, et basculent ». Un questionnement d’une grande maturité pour un garçon qui semble touché par ce sujet.

Chacun va maintenant se mettre au travail pour réussir à réaliser des reportages. « Le milieu carcéral est dur à intégrer mais l’envie est là », reconnait Edouard Zambeaux, spécialiste de ces questions. Le prochain rendez-vous entre les journalistes et les étudiants se déroulera fin janvier. D’ici là, les collégiens vont étudier le thème pour se l’approprier.

► ECOUTER AUSSI | Interclass', c'est aussi une rencontre tous les dimanches matins avec les équipes qui participent au projet.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.