Deux numéros d'urgence sont mis en place : depuis la métropole, le 01 82 71 03 37. Depuis les Antilles (contact Préfecture de Guadeloupe), le 05 90 99 39 00.

Sur l'île franco-néerlandaise de Saint-Martin, qui accueille plus de 1,7 million de touristes chaque année, les infrastructures hôtelières sont ravagées après le passage de l'ouragan Irma.
Sur l'île franco-néerlandaise de Saint-Martin, qui accueille plus de 1,7 million de touristes chaque année, les infrastructures hôtelières sont ravagées après le passage de l'ouragan Irma. © AFP / LIONEL CHAMOISEAU

Au moins 4 personnes sont mortes, lors du passage dévastateur de l'ouragan Irma sur les îles françaises de Saint-Martin et Saint-Barthélemy mercredi dans les Antilles, selon le Premier ministre, à la sortie la cellule de crise installée au ministère de l'Intérieur. Le gouvernement revoit le bilan, au départ estimé à huit morts, à la baisse.

Édouard Philippe annonce qu'il y a "une cinquantaine de blessés dont 2 graves et un en urgence absolue. 21 d’entre eux étaient déjà hospitalisés." "Le bilan humain est encore incertain. Quatre personnes décédées ont été retrouvées sur l'île de Saint-Martin. Aucune personne décédée n'a été pour le moment identifiée à Saint-Barthélemy", a-t-il précisé.

"L'électricité est coupée, l'eau potage est absente, l’essence est indisponible, les routes ne sont pas praticables même si les opérations de déblaiement ont commencé."

De son côté, le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb, a fait un point dès ce matin sur la situation sur place : "L'aéroport néerlandais de l'île est détruit, mais au nord de Saint-Martin, l'aéroport français fonctionne. Ça veut dire qu'on va pouvoir ce matin commencer à acheminer un certain nombre de moyens depuis la Guadeloupe, qui va être notre base arrière, et à partir de laquelle va être organisée la logistique pour porter secours aux deux îles."

Les habitants décrivent un paysage apocalyptique, des îles coupées du monde, privées de courant et d'eau potable. Des témoins parlent de la violence des éléments, de vitres qui explosent sous l'effet du vent et de rafales à 300 km à l’heure ou de l'eau et les vagues qui viennent tout emporter sur leur passage.

Ce sont les îles de Saint-Barthélemy et Saint-Martin, 80.000 habitants à elles deux, qui ont été les plus touchées, la Guadeloupe ayant été épargnée. Ce jeudi matin, la population a pu commencer à sortir de chez elle. Steeve Prudent, journaliste à Guadeloupe 1ère témoigne :

►LIRE AUSSI | Saint-Barthélemy et Saint-Martin, que sont les îles victimes d'Irma ?

95% de la partie française de l'île sont détruits

Sur l'île franco-néerlandaise de Saint-Martin, grande comme Paris, les dégâts sont considérables puisque 95% de la partie française de l'île sont détruits. Les deux tiers des habitations sont à terre, les toitures et parfois les murs arrachés. Par ailleurs des scènes de pillages ont été signalées. On redoute désormais des coulées de boue, car si l'ouragan est terminé, les pluies, elles, continuent. Les deux principales centrales électriques de Saint-Martin et Saint-Barthélemy sont endommagés et à l'arrêt.

Sur l'île française de Saint Barthélémy, le port de Gustavia est dévasté. La caserne de pompiers inondée sous un mètre d'eau, tous ses camions sont hors service.

Poursuivant sa route, l'ouragan a ensuite frôlé l'île de Porto Rico où 1,5 million d’habitants n'ont plus d'électricité. Irma se déplace lentement vers l'ouest et devrait arriver sur la République dominicaine et Haïti dans la journée de jeudi. Ensuite, l’ouragan devrait se diriger vers Cuba puis la Floride en fin de semaine.

Annick Girardin, a rejoint la Guadeloupe, et les secours en direction des deux îles du Nord s’organisent.

LIRE AUSSI |Ouragan Irma : la difficile organisation des premiers secours sur place

Irma est l'ouragan le plus puissant jamais enregistré dans l'océan Atlantique. Cet épisode météorologique dévastateur a également fait un mort à Barbuda et un mort à la Barbade. A San Juan, la capitale porto-ricaine, il n’y a plus d’électricité dans la moitié des habitations et des entreprises à la nuit tombée.

"Nous n'avions jamais connu de vents aussi puissants", a expliqué le gouverneur de Porto-Rico, Ricardo Rossello. "Nous nous attendons à de gros dégâts, peut-être pas autant qu'à Barbuda", a-t-il poursuivi. Irma a provoqué une "dévastation absolue" à Barbuda, a expliqué le Premier ministre du petit pays caraïbe d'Antigua-et-Barbuda, Gaston Browne, parlant d’une île "à peine habitable".

Les pouvoirs publics disposent encore d'informations parcellaires sur la situation à Saint-Martin et Saint-Barthélémy.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.