L'organisation "État islamique" s'approche de Bagdad
L'organisation "État islamique" s'approche de Bagdad © Stringer / Stringer

La plate-forme anti-djihad a été mise en place il y a deux ans par le gouvernement. Depuis, ce sont 8 250 personnes qui ont été recensées.

Ce sont les familles, les proches, le voisinage, des professeurs ou les services de police ou de gendarmerie qui ont signalé les personnes en question, s'inquiétant de leur repli identitaire, de leur rejet des institutions ou encore, pour certaines, de leur apologie du terrorisme .

En général, ces faits s'accompagne d'une pratique salafiste de la religion musulmane. Plus d'un tiers des personnes signalées (38%) se sont converties à l'Islam.

4 590 personnes au profil jugé inquiétant ont été décelées avec la seule plate-forme antid-jihad , via le numéro vert ou le site Internet.

20 % des individus radicalisés sont mineurs

Parmi ces radicalisés, 1 632 mineurs ont été signalés, dont 867 adolescentes . Dans 90% des cas, ils ont été approchés par un prédicateur extrémiste , explique Patrick Amoyel, psychanaliste spécialiste du djihadisme.

Ils ont été convaincus ou idéologisés par des fréquentations de club de sport, de groupes d'amis, d'idéologues qui viennent faire leur travail dans les quartiers et autour des mosquées, à la sortie des lycées dans des groupes de réflexion ou des associations culturelles. Internet catalyse mais ne radicalise pas , estime le psychanaliste Patrick Amoyel

0'26

S 13H pour enro leclere

C'est donc une minorité qui s'auto-radicalise seule dans sa chambre en se connectant sur Internet. Internet où 4 848 sites, comptes Twitter ou Facebook ont d'ailleurs été bloqués .

Toutes les régions de France sont concernées par le phénomène. 499 cas de radicalisation ont été constatés à Paris et proche banlieue .

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.