La maire de Paris, Anne Hidalgo, a demandé au préfet de police de Paris de rendre obligatoire le port du masque dans plusieurs zones de la capitale dont les quais de Seine, très populaires durant l'été. Témoignages de jeunes Parisiens résignés... ou récalcitrants.

Le port du masque sur les quais ne fait pas l'unanimité.
Le port du masque sur les quais ne fait pas l'unanimité. © Radio France / Louis-Valentin Lopez

À Paris, le masque sera bientôt exigé dans certains secteurs. C'est en tout cas le souhait de la maire, Anne Hidalgo, qui a demandé mardi au préfet Lallement de rendre obligatoire le port du masque dans plusieurs zones très fréquentées. Cela concerne les marchés ouverts, les berges du canal Saint-Martin, peut-être les abords des gares. Et la mesure s'appliquerait aussi aux quais de Seine, très fréquentés durant l'été. Les Parisiens sont-ils prêts à l'appliquer ?

Pour l'instant, à la guinguette La Javelle sur les quais de Seine du 15e arrondissement, c'est plutôt ambiance démasquée. Dans la longue file pour aller commander des boissons, Samuel et Olivier n'en portent pas. Mais le masque obligatoire, pour Samuel, ce serait "oui" : "Je pense qu’il faut respecter les consignes et pas trop se prendre la tête : si on nous dit de mettre le masque, il faut mettre le masque", estime-t-il : "On n’est pas médecin et même les médecins ne comprennent pas tout, donc ce n’est pas moi qui vais juger ce qu’il se passe."

"Plus des gens le mettent, mieux c'est pour tout le monde... tant que ce n'est pas moi"

Pour Olivier en revanche, ce n'est pas gagné : "Moi j’aime pas trop les règles donc je ne le ferai pas forcément, mais au moins des gens le feront", lâche le jeune dentiste : "Je porte le masque toute la journée. Ce n’est pas agréable, tu respires mal. Ensuite, plus des gens le mettent, mieux c’est pour tout le monde... tant que ce n’est pas moi."

"En plein air, je ne sais pas si c’est réellement impactant", s'interroge de son côté Jean, 26 ans, qui porte tout de même un masque chirurgical dans la file. "Le porter tout le temps, sur tous les quais, c’est peut-être un peu forcé. Il faut savoir nuancer le décret…" Avis similaire de Nicolas, assis au bord de la Seine : "Si c’est ça ou une nouvelle quarantaine, je préfère mettre le masque, mais autant l’éviter. Je pense que boire un verre avec un masque, c’est compliqué…"

"Heureusement, on a inventé la paille"

"On est là pour boire, fumer, manger...", abonde Joël, attablé avec des amis médecins. Mais Morgane, pédiatre et masque sur le visage, a peut-être trouvé la solution : "Boire avec un masque c’est pas pratique mais heureusement, on a inventé la paille. Bientôt le masque avec la paille intégrée, et on devrait pouvoir s’en sortir comme ça !"

Dans un deuxième temps, l'obligation du port du masque pourrait s'étendre à d'autres zones, comme dans et autour des "lieux touristiques, musées, grands magasins, parcs et jardins", selon Anne Souyris, adjointe à la mairie de Paris chargée de la Santé. La contamination au Covid-19 repart à la hausse à Paris, comme dans de nombreux départements et villes en France qui, comme Lille, Tours, Orléans notamment, ont déjà pris des mesures rendant le masque obligatoire en leur centre.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.