Monseigneur Barbarin dans la basilique Notre Dame de Fourvière
Monseigneur Barbarin dans la basilique Notre Dame de Fourvière © MaxPPP

Alors qu’une affaire de pédophilie éclabousse déjà l’archevêché de Lyon et son responsable le cardinal Barbarin, un nouveau témoignage accuse un autre curé de la région d’agressions à caractère sexuel.

Les langues sont peut-être en train de se délier dans l'affaire de pédophilie qui éclabousse l'évêché de Lyon. Le cardinal Barbarin est déjà dans la tempête, soupçonné d'avoir couvert un prêtre, coupable d'agressions sexuelles sur des scouts dans les années 1980. Ses victimes ont même demandé une audience privée au pape François.

Mais cette fois,un témoignage de plus apparaît, qui accuse un autre curé de la région , et, comme dans la première affaire, le cardinal Barbarin est de nouveau soupçonné d'avoir fermé les yeux. Une nouvelle plainte a été déposée au mois de février pour "mise en danger de la vie d'autrui" et "provocation au suicide".

Cette fois-ci, ce sont des révélations faites par un haut fonctionnaire en poste au ministère de l'Interieur . Il se confie, sous le nom d’emprunt de "Pierre" dans les colonnes du Figaro. L’homme, âgé de 16 ans au moment des faits, aurait été abusé au début des années 1990 par un prêtre de la paroisse Croix-Rousse . Il accuse le père Jérôme Billioud de l’avoir agressé à Biarritz, où l’homme d’Eglise avait emmené le garçon. Le prêtre se serait ainsi frotté contre lui et masturbé le soir dans une chambre d’hôtel, avant de tenter de recommencer plus tard, à Lourdes. Paralysé par la honte, le jeune garçon se tait pendant des années.

Plainte classée sans suite

En 2009, un médecin incite finalement "Pierre" à porter plainte, mais cette plainte sera classée sans suite à cause du délai de prescription . La présumée victime décide alors de rencontrer le cardinal Barbarin : d'après Le Figaro , le primat des Gaules lui explique" qu'il était parfaitement au courant et que ce prêtre avait déjà eu maille à partir avec la justice", notamment avec une condamnation, au début des années 2000, d'un mois de prison avec sursis pour exhibitionnisme .

Le cardinal Barbarin n'a rien fait pour protéger les autres enfants (...). Il l'a laissé en place, au même endroit. (Témoignage de "Pierre", dans les colonnes du Figaro )

François Devaux est le président de l'association "La parole libérée" , et fut aussi la victime d'un autre prêtre lyonnais. Pour lui, il est obligatoire que le cardinal Barbarin laisse sa place.

►►►"Le cardinal Barbarin nous prend pour des pigeons", dit François Devaux

De son côté, le cardinal Barbarin a fait part de sa tristesse et de sa consternation après ses nouvelles accusations. "En aucun cas je n'ai mis en danger la vie d'autrui " écrit-il, alors qu’il estime être accusé de manière injustifiée.

►►►Maitre André Soulié, l'avocat de Monseigneur Barbarin, condamne un "procès médiatique"

Le gouvernement lui aussi a réagi ce mardi matin par la voix deManuel Valls , qui estime désormais que le cardinal Barbarin doit "prendre ses responsabilités ".

Cette nouvelle affaire tombe le jour même où les 120 évêques catholiques de France se réunissent en congrès à Lourdes pour leur assemblée de printemps , avec des discussions sur lesquelles va évidemmment planer la difficile question de la pédophilie.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.