"C'est la seule solution pour endiguer cette cochonnerie", lance l'élu à France Inter. Confiné chez lui, le maire de Crépy-en-Valois (Oise), Bruno Fortier, appelle ses concitoyens à respecter les messages de protection diffusés par le gouvernement pour limiter la propagation du coronavirus.

"Ce qui est en train de se passer est terrible (...) je pense qu'on va découvrir de nombreux cas dans les jours qui viennent" craint le maire de Crépy-en-Valois.
"Ce qui est en train de se passer est terrible (...) je pense qu'on va découvrir de nombreux cas dans les jours qui viennent" craint le maire de Crépy-en-Valois. © AFP / Martin Bureau

C'est l'un des foyers en France, l'un des "clusters" comme on dit dans le jargon. Rentrée scolaire annulée lundi matin dans plusieurs communes et à Crépy-en-Valois, marché interdit dimanche et maire confiné. Au total, le département de l'Oise est le plus touché du pays avec un regroupement de "47 cas" de coronavirus Covid-19, selon le ministère de la Santé. 

Interrogé par France Inter, Bruno Fortier, maire de Crépy, ne cache pas son inquiétude. Confiné chez lui, il décrit son état de santé, explique faire la liste de toutes les personnes qu'il a croisées pour la transmettre aux autorités et appelle surtout ses concitoyens à respecter les consignes du gouvernement en matière de protection pour limiter l'épidémie.

FRANCE INTER : Comment vous sentez-vous physiquement ?

BRUNO FORTIER : "À part une légère toux, je n'ai pas de fièvre, je ne suis pas fébrile ou quoi que ce soit. Donc pour l'instant, je ne serai pas hospitalisé. Je reste chez moi, en confinement avec un masque. Mais pour l'instant, je n'ai pas d'autres symptômes que ceux que je viens de vous décrire."

Êtes-vous inquiet pour votre entourage, notamment votre épouse qui est à vos côtés ?

"Je suis inquiet, j'ai demandé un dépistage pour elle également. J'espère que ça sera fait la semaine prochaine. Donc, on fait attention entre nous, avec un masque pour moi. J'espère que tout se passera bien pour elle. Je pense à moi et à ma famille. Mais ce qui est en train de se passer est terrible parce que je pense qu'on va découvrir de nombreux cas dans les jours qui viennent, que nous allons passer rapidement en 'stade 3' et je ne sais pas où cela va s'arrêter. Ça risque d'être assez dramatique."

Depuis que vous avez appris que vous avez le coronavirus, qu'avez-vous fait ?

"Je suis en train de faire la liste, avec mon épouse, de toutes les personnes que j'ai pu rencontrer depuis 14 jours, que ce soit au niveau professionnel, familial, ou avec la mairie. Donc, ça fait beaucoup de monde, dont les gens du conseil et les gens de la mairie, le préfet que j'ai rencontré. Donc il y a beaucoup à mettre sur cette liste et je pense qu'après, des investigations vont être menées pour savoir s'il y a des suites à donner. Je crois que certaines personnes pourront être dépistées la semaine prochaine, mais je n'en sais pas plus pour l'instant."

Avez-vous des informations concernant votre commune, de nouveaux cas ?

"Je viens d'apprendre que l'adjointe de la principale du collège La Fontaine a également été contrôlée 'positif'. Je sais que les médecins généralistes viennent d'avoir des masques qui sont arrivés à la communauté de communes mais ce sont de simples masques chirurgicaux qui ne pourront pas protéger les médecins généralistes, en cas de visite de leur patientèle. J'espère que l'ARS va corriger cela. Il y a du travail d'investigation à mener. Heureusement, toutes les mesures ont été prises pour annuler les rencontres, ferme les établissements, les écoles. Donc, j'espère que ça va mettre un coup d'arrêt à la progression de ce virus sur la population. Mais j'ai vraiment peur pour l'ensemble du territoire."

Quel message vous avez envie d'adresser à vos concitoyens ?

"Surtout d'observer tous les messages de protection qui sont donnés. Se laver les mains, faire attention, ne pas embrasser, rester chez soi dans la mesure du possible. Observez toutes les consignes qui sont faites. C'est la seule solution pour endiguer cette cochonnerie. Je pense que plus on observera tout ce qui nous est demandé, moins le virus se propagera."

Et en attendant, la campagne pour les municipales continue ? 

"La campagne continue. Moi je reste chez moi. Il n'y aura plus, pendant au moins quinze jours, de réunions autorisées comme toutes les autres. Comment ça va se passer pour la suite ? Je n'en sais strictement rien. Si cela va avoir une incidence sur la campagne dans le secteur, je le suppose. On m'a dit de rester chez moi une quinzaine de jours, d'autres tests vont être faits sur moi d'ici une huitaine de jours mais je n'ai pas d'autres informations pour l'instant."

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.