Des militants du DAL, de Jeudi Noir et d'associations de defense de mal loges manifestent place de la Republique
Des militants du DAL, de Jeudi Noir et d'associations de defense de mal loges manifestent place de la Republique © MaxPPP/Christophe Petit Tesson

Plusieurs centaines de personnes ont manifesté samedi à Paris pour protester contre reprise des expulsions à partir de mardi, et réclamer la baisse des loyers.

Les 25 associations et syndicats se sont rassemblés Place de la République et ont ensuite défilé jusqu'au ministère du Logement où le cabinet de Cécile Duflot devait recevoir une délégation.

Aux cris de "Non, non, non aux expulsions, oui, oui, oui au relogement", et de "Locataires en colère contre le logement cher", les manifestants ont réclamé l'arrêt des expulsions ainsi que des coupures de courant pour les ménages en difficulté.

Pour Jean-Baptiste Eyraud, de l'association Droit au Logement, "A partir de mardi, des familles vont être expulsées, ce n'est pas acceptable. Il faut les suspendre". D’ailleurs rappelle le Président du DAL, "Il faut protéger les plus fragiles pour rassurer ceux qui aujourd’hui se disent que s’ils perdent leur boulot, il seront protégés".

Jean-Baptiste Eyraud

La trêve hivernale, qui a débuté le 1er novembre 2013, s'étend désormais jusqu'au 31 mars depuis que la loi Alur (accès au logement et urbanisme rénové) l'a prolongée de 15 jours.

au delà des associations, plus d'un millier de personnes avait fait le déplacement, et parmi eux, beaucoup de familles qui rencontrent de graves difficultés pour se loger. A Paris, par exemple, les loyers ont augmenté de 50% en 10 ans, selon le DAL.

Pour la Confédération nationale du Logement, le problème des impayés vient des loyers trop chers et de la pénurie de logements abordables.

C'est le cas de quelques unes des familles rencontrées par Yann Gallic

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.