Il y a un an jour pour jour, fabricants et distributeurs de jouets signaient avec les pouvoirs publics une charte pour la représentation mixte des jouets. À quelques mois des achats de Noël, cette charte semble plutôt bien respectée.

Au rayon des jouets "expériences scientifiques", la mixité semble respectée.
Au rayon des jouets "expériences scientifiques", la mixité semble respectée. © Radio France / Philippe Lefebvre

Le mardi 24 septembre 2019, le gouvernement signait avec fabricants et distributeurs de jouets une charte visant à promouvoir la mixité des jouets et réduire les stéréotypes. Les signataires s'engageaient à plus d'efforts pour représenter et mettre en valeur les jouets de manière plus neutre. Un an plus tard, cette charte a produits ses effets, notamment dans les magasins spécialisés. 

Les jeux d'expériences scientifiques plus neutres

Il suffit de déambuler dans les rayons des magasins pour se rendre compte du changement. Ainsi, sur les linéaires de jeux, on peut constater que les célèbres boites de "petits chimistes" sont devenues mixtes. A une exception près, tous les fabricants affichent désormais sur les emballages des visages à la fois de filles et de garçons pour un produit qui est au final rigoureusement le même que les années précédentes. 

Autre exemple, au rayon de ce que les professionnels appellent les "jeux d’imitation", à savoir les modèles réduits de cuisines ou d’ustensiles ménagers, on peut voir sur l’emballage d’un modèle réduit d’aspirateur la photo d’un petit garçon en pleine action de nettoyage. Mais chez les fabricants, on tempère : la mixité dans les jouets était engagée depuis déjà quelques années, bien avant la signature de la charte. Ce fut le cas notamment pour Lego qui en lançant la collection "Lego Friends" ciblait les petites filles jusqu’alors exclues des jeux de construction. 

Fini les rubriques "filles" ou "garçons"

Pour les commerçants, c’est aussi une bonne affaire : cela permet aussi de vendre plus de jouets. "Certains fabricants proposent désormais leurs jouets en deux versions, par exemple une peluche parlante existe désormais en bleu et en rose", explique Franck Mathais, le porte-parole de la chaîne de magasins Joué Club. Les jouets sont rigoureusement identiques, mais cette petite astuce marketing permettrait d’en vendre jusqu’à deux fois plus. 

Tous les secteurs sont concernés, ainsi dans les catalogues ont peut désormais voir des petits garçons jouer à la poupée ou avec Ken, le célèbre compagnon de Barbie, qui existe désormais en triton, la version masculine de la sirène. Reste à savoir si, au moment de préparer les listes au père Noël, les parents s’y retrouveront, et notamment dans les catalogues qui sortiront en octobre prochain. Les distributeurs promettent qu’il n’y aura plus de rubrique fille ou de rubrique garçon.