À l'occasion de la journée mondiale sans tabac ce jeudi, l'Organisation Mondiale de la Santé met l'accent cette année sur le risque cardio-vasculaire induit par la cigarette. Car si l'on parle souvent de cancer quand on parle de tabagisme, le cœur est lui aussi particulièrement menacé.

Fumer augmente d'environ 50 % le risque d'accident cardio vasculaire
Fumer augmente d'environ 50 % le risque d'accident cardio vasculaire © AFP / Joel Saget

Il suffit d'une cigarette par jour pour mettre notre cœur en danger : dès cette première cigarette quotidienne, le risque de faire un accident cardio-vasculaire augmente de 48 % chez les hommes, et de 57 % chez les femmes, par rapport à un non fumeur. À tout âge, il faut donc s'arrêter de fumer, mais si l'on s'arrête avant 30 ans, on protège d'autant plus ses artères !

C'est ce qu'explique le professeur Daniel Thomas, cardiologue et vice-président de l'Alliance contre le tabac.

0'54

Daniel Thomas : "Ces infarctus sont des accidents précoces et graves"

Par Véronique Julia

"Les infarctus des moins de 50 ans sont à 80 % des hommes et des femmes fumeurs. Ce sont des accidents précoces, graves. Le premier mécanisme, c'est la formation d'un caillot dans une artère. Le tabac ne rétrécit par les artères à proprement parler, il a une action sur la coagulation, donc sur la formation brutale de caillots dans les artères. Le deuxième mécanisme, c'est de jouer sur la capacité des artères à se dilater. L'autre facteur de complication lié au tabac, c'est donc le spasme des artères coronaires."

Le risque n'est pas lié au nombre de cigarettes

"On sait qu'il n'y a pas de proportionnalité linéaire entre la consommation et le risque de faire un infarctus : vous pouvez faire un infarctus en fumant très peu, et même en étant fumeur intermittent... Voire (et ça a été démontré, c'est pour ça que l'on a interdit de fumer dans les lieux publics) quand on est soumis à un tabagisme passif. Il y a une augmentation de 25 % du risque de faire un infarctus si avez un conjoint fumeur à votre domicile, ou si vous étiez enfumé au travail quand il était permis de fumer dans les entreprises."

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.