Les principaux élus Calaisiens en visite dans le camp de réfugiés
Les principaux élus Calaisiens en visite dans le camp de réfugiés © MaxPPP

Natacha Bouchart, Xavier Bertrand, Yann Capet, Michel Dagbert… De droite comme de gauche, les principaux élus calaisiens étaient autour de la Préfète dimanche en visite dans ce village de conteneurs qui accueille 1.200 migrants, au bord de la jungle et du centre de jour Jules ferry.

A trois jours d’un début d’expulsion programmé de toute la partie sud de la Lande, ils ont voulu assurer que tous les migrants évacués auraient des solutions d’hébergement sur Calais ou ailleurs en France, ce que contestent les associations, humanitaires qui ont déposé un recours pour faire retarder cette évacuation.

Dans la partie sud de la jungle, la police aux frontière a recensé près d’un milliers de migrants et de nombreuses tentes vides, au moins une sur trois dit-elle.

Faux, rétorque les association : l’Auberge des migrants a par exemple comptéplus de 3400 réfugiés , en se présentant dans tous les abris du secteur sud, le plus densément peuplé, avec ses restaurants, ses boutiques et ses lieux de vie, des églises, mosquée ou écoles.

Un comptage recoupé par une autre association qui se base sur la consommation d’eau et la production de déchets.

600 places encore disponibles, selon l’Etat

Face à ce nombre, l’Etat qui a déjà investi 18 millions d’euros sur la " jungle ", propose encore 200 places dans le village de conteneurs, 450 sous les tentes de sécurité civile (prête à faire plus), et encore 200 au centre Jules Ferry qui accueille les femmes et les enfants.

Et l’Etat assure que 600 places sont encore disponibles dans les centres de répit mis en place partout en France. Des centre où 80% des migrants ont finalement déposé une demande d’asile, et renonçant ainsi à leur projet de départ en Angleterre.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.