Ce petit mot-là, c’est surtout chez les artistes qu’on l’entend, ceux qu'on invite sur les plateaux à la télévision. - « Alors Pierre Arditi, le tournage de ce film ? - C'était juste exceptionnel. - Nathalie Baye, elle est comment ? - Elle est juste délicieuse. - Et le résultat, vous en êtes content ? - Le résultat est époustouflant. - Vous voulez dire JUSTE époustouflant ! », reprend alors le journaliste, lui-même contaminé par cette nouvelle manie, comme le sont également tous ceux qui cherchent à se donner le « genre » artiste. Vous avez adoré le livre de Mathieu Boogaerts, ne dites-pas que c'est un livre génial, dîtes qu'il est « juste génial »... Vous avez détesté le dernier disque de Matthieu Boogaerts, ne dîtes-pas que c'est de la soupe sans intérêt, dîtes que c'est « juste de la soupe sans intérêt »... Le « juste » sous-entend qu'il est inutile de chercher un autre qualificatif que celui que vous avez choisi, c'est vraiment le plus adéquat. Isabelle Giordano n'est pas une jolie fille, ni même une fille mignonne, non. Elle est « juste la plus belle femme du monde » et ça ne se discute pas. Un tic de langage qui, tout bien réfléchi, nous vient probablement de l'anglais... « It's just amazing », « c'est juste formidable ! », ils disent ça les anglo-saxons ! « It's just awful », « c'est juste affreux ! » - comme mon accent – ils disent ça aussi les anglo-saxons et parfois même ils chantent qu'ils sont juste des gigolos. Non pas des gigolos tout court mais « just a gigolo »... En France, on a chanté qu'on voulait être « juste quelqu'un de bien » et faire « juste une mise au point sur les plus belles années de nos vies »... Mais cet adverbe, à l'origine, on l'emploie surtout dans un sens restrictif. J'enfile un vieux pantalon, je passe les jambes. « Mince alors, c'est trop juste ». J'arrive à la taille. « Mince alors, c'est beaucoup trop juste. C'est trop injuste », j'ajoute alors, façon Caliméro. « C'est juste trop injuste », il devrait d'ailleurs dire maintenant Caliméro, qui peut-être nous livre la réelle explication de ce tic anglo-saxon-cultureux. Placer des « juste » à tout bout de champ, ne serait-ce pas en fait une façon de compenser par le verbe toutes les injustices de notre société. A moins que cela n’ait rien à voir avec les valeurs morales et que ce soit uniquement un tic très parisien... C’est ce que m’a expliqué un ami marseillais : « Sur la Canebière, on l'entend pas, ma foi, cette expression ridicule ». Je lui ai répondu que c'était lui qui était « juste ridicule » et que, soit dit en passant, je n'étais pas parisien. Puis je lui ai parlé d'Isabelle Giordano. Elle nous a mis d’accord. « T'as raison, il m’a dit, Isabelle Giordano, c’est juste la plus belle femme du monde »... Chronique du 16/02/2010 dans « Comme on nous parle »

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.