CHU Sébastopol de Reims où est hospitalisé Vincent Lambert
CHU Sébastopol de Reims où est hospitalisé Vincent Lambert © MaxPPP / Daniel Fouray

Nouvel épisode dans l'affaire Vincent Lambert, cet homme accidenté de la route plongé dans un état neuro-végétatif depuis sept ans. Le tribunal administratif de Châlons-en-Champagne se réunit aujourd'hui à 15 heures à la demande de son neveu François.

Celui-ci demande l'arrêt des traitements pour son oncle, afin de se mettre en conformité avec les différentes décisions de justice. L'hôpital ne les a toujours pas appliquées.

Le droit fondamental de Vincent Lambert à ne pas subir d'acharnement thérapeutique est refusé tous les jours par le CHU de Reims selon le neveu de Vincent Lambert.

C'est en ces termes que François Lambert assigne l'hôpital de Reims devant le Tribunal administratif de Châlons-en-Champagne. Pourtant, la Cour Européenne des Droits de l'Homme, plus haute juridiction, a confirmé en juin dernier l'avis du Conseil d'Etat : prolonger les soins est une obstination déraisonnable. Fin juillet, le CHU a réuni tous les membres de la famille Lambert pour annoncer qu'il refusait de statuer, évoquant des menaces d'enlèvement. Un juge des tutelles a alors été saisi pour protéger Vincent Lambert. Depuis ce jour, rien n'a avancé.

François Lambert, le neveu de Vincent Lambert, joint par Renaud Biondi-Maugey de France Bleu Champagne-Ardennes

Le CHU se serait adjoint les services d'un cabinet de communication de crise à hauteur de 90 000 euros. Le rapporteur dira aujourdhui si l'hôpital a des devoirs envers Vincent Lambert.

Les explications de Danielle Messager

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.