L'agence européenne du médicament a validé, ce lundi après-midi, l'utilisation dans l'Union européenne du vaccin conçu par les laboratoires Pfizer et BioNTech. Plus exactement, il s'agit d'un feu vert préalable à une autorisation de mise sur le marché. Quelles étapes séparent maintenant les Français de la vaccination ?

L'Agence européenne du médicament a donné son aval à la mise sur le marché européen du vaccin
L'Agence européenne du médicament a donné son aval à la mise sur le marché européen du vaccin © AFP / Martin Bertrand / Hans Lucas

Près de trois semaines après le début des vaccinations au Royaume-Uni et deux semaines après les États-Unis, l'Union européenne a donné son feu vert, ce lundi, en vue de l'autorisation de mise sur le marché du vaccin conçu par Pfizer et BioNTech contre le Covid-19. "Je suis ravie d'annoncer que le comité scientifique de l'AEM s'est réuni aujourd'hui et s'est montré favorable à une autorisation de mise sur le marché conditionnelle dans l'UE pour le vaccin développé par Pfizer et BioNTech", a annoncé la directrice générale de l'agence, Emer Cooke. L'agence a par ailleurs affirmé que le vaccin devrait être efficace contre le variant du virus découvert ces derniers jours en Grande-Bretagne

Il faudra encore toutefois quelques jours avant que les premières vaccinations, en France et ailleurs en Europe, puissent avoir lieu. Jeudi, la présidente de la Commission européenne Ursula Van der Leyen a indiqué, dans un tweet, que les premières injections pourraient avoir lieu les 27, 28 ou 29 décembre. Quelles étapes restent désormais à franchir avant de pouvoir effectivement vacciner la population ?

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

1 / La Commission européenne doit donner l’autorisation

Pour l’heure, l’Agence européenne du médicament n’a donné qu’un avis : composée de scientifiques, cette autorité délivre un feu vert qui n’a pas valeur d’autorisation. Il faut que la Commission européenne entérine cet avis en délivrant officiellement l’Autorisation de mise sur le marché (AMM). La Commission européenne avait indiqué initialement qu'elle se donnait un délai de deux jours pour délivrer cette autorisation ; lundi, elle a finalement annoncé que la décision serait prise dans la journée. Après quoi, ce sera à chaque État membre de prendre le relais.

2 / En France, la Commission technique des vaccinations doit examiner le vaccin

Côté français, il restera une nouvelle étape scientifique : au sein de la Haute autorité de santé, la Commission technique des vaccinations (CTV) doit également rendre son avis. Cette commission est constituée d’experts de santé et a également promis de s’exprimer rapidement, en un ou deux jours. Pour cela, les experts ont pu recevoir, avant même l’autorisation européenne, des éléments transmis par le laboratoire pharmaceutique.

3 / Les consultations prévaccinales sont déjà lancées

Pour optimiser la distribution du vaccin dans la première phase destinée aux personnels soignants et résidents des Ehpad, dès la mi-décembre, le ministère a demandé aux établissements de mettre en place les premières consultations pré-vaccinales, assurées par les médecins traitants des patients, pour s’assurer notamment qu’ils n’ont pas de contre-indications et recueillir leur consentement. Une étape qui permettra aussi de recenser les quantités de doses nécessaires pour la vaccination.

4 / Le début de la vaccination et le transport des doses

Les toutes premières vaccinations devraient arriver en France autour du 27 décembre, mais “au sein d’un nombre ciblé d’établissements“, selon la direction générale de la Santé. Il faudra attendre la première semaine de janvier pour assister à une montée en puissance, et la première phase de vaccination devrait être pleinement déployée à la mi-janvier.

Sur le plan logistique, deux circuits de distribution sont mis en place : le premier transitant par onze plateformes qui équiperont ensuite les Ehpad et les pharmacies, l’autre par des hôpitaux hébergeant des structures pour les personnes âgées. Deux circuits tenant compte de la contrainte de conservation du vaccin à -70°C.