L’appel que la jeune femme avait lancé sur Twitter a été entendu. Des dizaines d’anonymes l’ont rejointe pour distribuer eau et fruits aux sans-abris. Stéphanie espère maintenant prolonger cet élan de solidarité.

Les SDF souffrent autant de la chaleur que du froid l'hiver. C'est eux qui ont plus souffert de la canicule de cet été
Les SDF souffrent autant de la chaleur que du froid l'hiver. C'est eux qui ont plus souffert de la canicule de cet été © AFP / Stéphane de SAKUTIN

Avec l'arrivée des grandes chaleur, les sans-abri souffrent peut-être plus encore que l'hiver. Moins de personnes pour signaler une situation difficile. Moins de places pour dormir. Moins d'associations pour distribuer des vivres et surtout de l'eau.

Il y a tout juste deux semaines, Stéphanie, une habitante de Montreuil, lançait un appel à la mobilisation citoyenne sur Twitter. L'idée était simple : des volontaires avec trois ou quatre euros en poche, achètent de l'eau et de la nourriture pour les distribuer aux personnes sans-abris. Un petit tweet, et tout s'emballe.

L'idée était simple : les volontaires viennent avec trois ou quatre euros en poche, ils achètent de l'eau et de la nourriture pour les distribuer aux personnes sans-abris. Un petit tweet, et tout s'emballe.

Plus de 13 000 partages plus tard et dès le lendemain, des dizaines de petites mains se joignent à cette maraude citoyenne.  C"Il y a plein de gens qui m'ont écrit pour me dire ''est formidable ce que vous faites'." raconte Stéphanie.  

Des milliers de partages, des messages d'encouragement et son idée se répand et s'exporte.

"J'ai demandé aux gens de former leur propre groupe vers Issy-les-Moulineaux, Gare du Nord et Gare de l'Est et j'ai reçu des photos qui venaient de Lyon de Montpellier, de Marseille et de Bordeaux raconte Stéphanie. Ça fait chaud au cœur de te dire on a lancé un petit truc avec un tweet mais subitement les gens se sont sentis investi d'une mission."

150 personnes ont participé à cette toute première maraude à Paris

"Je suis contente de voir avec ces maraudes on a déconstruit les préjugés et qu'en repartant chaque personne nous a dit : 'Aujourd'hui je prendrai le temps de m'asseoir avec un SDF'." explique Stéphanie qui mise sur une solidarité spontanée pour que l'aventure continue : "Il y a une réelle prise de conscience en fait, juste se dire que si chaque personne qui croise un SDF en bas de chez elle et lui accorde un peu de temps, ça vraiment changer les choses. Mais plus que l'idée de faire une association, j'aimerais que ça devienne un élan citoyen, un geste citoyen pour tout le monde

Si chacun arrive à sensibiliser une personne en bas de chez lui on aura tout gagné.

Ce weekend, Stéphanie a lancé un nouvel appel sur twitter : le "weekend solidaire", pour que chacun confectionne un panier à distribuer

Stéphanie, 32 ans et une volonté de venir en aide aux sans-abris, en donnant des vivres mais aussi de l'attention
Stéphanie, 32 ans et une volonté de venir en aide aux sans-abris, en donnant des vivres mais aussi de l'attention / DR
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.