Hier, en Seine-Saint Denis, les policiers ont fait une pierre deux coups. Appelés dans le cadre d’un accident de la route impliquant une voiture auto-école, ils ont découvert que le candidat était sous l’emprise du cannabis. Et que le moniteur n’avait plus son permis.

Auto école à Lyon
Auto école à Lyon © CC genevieveromier

Au départ, c’est un accident de la route presque courant.

Hier matin vers 11h30, en plein examen du permis de conduire, une voiture auto-école qui roulait trop lentement se fait percuter par l’arrière alors qu’elle roule sur le pont de Bondy en Seine-Saint-Denis.

Le moniteur, assis à l’arrière, souffrant de douleurs au cou après l’impact, pompiers et policiers sont appelés.

C’est lorsque ces derniers arrivent sur les lieux de l’accident qu’ils ont une première surprise.

L’élève, candidat au permis de conduire, est manifestement sous l’emprise du cannabis. Il est donc placé en garde à vue.

Le moniteur avait perdu son permis

L’affaire aurait pu en rester là. Mais lors de leur enquête, les policiers découvrent que le moniteur n’est plus en possession de son permis de conduire. Faute de points restant sur le carnet rose, celui-ci n’a plus le droit de conduire depuis le 27 mars 2009, donc n’a plus le droit d’exercer.

Les contrôles des « enseignants de la conduite » ont lieu tous les 5 ans , le moniteur serait donc passé à travers les mailles du filet pendant quatre années. Rien ne dit pour l’instant qu’il était au courant que ses points lui avaient été retirés.

Comment-a-t-il pu rester si longtemps sans permis ? François Hume

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.