Les jeunes ruraux travaillent plus tôt mais ils sont plus nombreux sans emploi ni formation, notamment faute de moyens de transports, selon une enquête du CESE.

Un jeune rural sur 3 n'a pas pu se rendre à un entretien d'embauche, faute de moyen de transports
Un jeune rural sur 3 n'a pas pu se rendre à un entretien d'embauche, faute de moyen de transports © Maxppp / Collection Watier

En juillet 2016, le gouvernement Valls a saisi le Conseil économique, social et environnemental (CESE) pour un état de lieux des besoins de la jeunesse rurale. Une enquête a donc été menée auprès des 16 à 29 ans "dans des zones de faible densité et où certains services sont très éloignés". Le bilan paraît ce mercredi.

Une entrée plus précoce sur le marché du travail

Après la 3ème, près de la moitié des jeunes ruraux s'orientent vers la voie professionnelle, contre 41 % pour les urbains. Et après le bac, ils sont attirés par des filières courtes : 47 % d'entre eux optent pour un DUT ou un BTS contre 38% pour les urbains. De fait, la part des diplômés de deuxième ou troisième cycle est deux fois plus faible en milieu rural. Ainsi, selon le CREDOC (centre de recherche pour l'étude et observation des conditions de vie), 59 % des jeunes ruraux ont un emploi, c'est 10 points de plus que les jeunes urbains.

Plus nombreux sans emploi ni formation

En moyenne, le taux de chômage est moindre chez les ruraux. Selon Pôle emploi, 25 % des jeunes (18 à 24 ans) sont sans emploi en zone rurale contre 27 % en zone urbaine. En revanche, à la campagne, nombreux sont ceux qui ne travaillent pas et ne sont pas non plus en formation : 24 % en zone rurale, c'est 4 points de plus qu’en zone urbaine.

La faute notamment à une mobilité insuffisante

À la campagne, il est devenu indispensable d'avoir le permis de conduire : en sortant de CAP, 45 % des jeunes ayant le permis ont un emploi alors que ceux qui n'ont pas le permis sont seulement 19 %. Ainsi à la campagne, un jeune sur trois n'a pas assisté à un entretien, faute de moyen de transport.

Attachement au territoire

Par ailleurs, l'accès des jeunes ruraux à la culture est bien plus laborieux : 34 % ont accès à une bibliothèque (46 % en ville), 79 % au cinéma (87 % en ville). Enfin, les jeunes ruraux sont très attachés à leur territoire et "souhaitent pouvoir y vivre et y travailler" : 41 % ont confiance en leurs relations de proximité et leur famille, c'est 6 points de plus que les jeunes urbains.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.