Cécile Bourgeon la mère de Fiona
Cécile Bourgeon la mère de Fiona © MaxPPP/Frédéric Marquet

Huit jours après la mystérieuse disparition de la petite Fiona, cinq ans, dans un parc de Clermont-Ferrand, l'enquête se poursuit tous azimuts.

Après la mère, Cécile Bourgeon, 25 ans, qui s'est constituée partie civile mercredi, le père, Nicolas Chafoulais, a fait la même démarche pour avoir accès au dossier (une information du Point).

Très éprouvée, enceinte de six mois et mère d'une autre petite fille, Eva, deux ans, Cécile Bourgeon avoue, dans une interview publiée dimanche dans Le Parisien, ressentir "de la culpabilité et de la honte", pour s’être endormie une vingtaine de minutes dimanche dans ce parc très fréquenté, et qu'à son réveil sa fille Fiona avait disparu. "Je ne sais absolument pas ce qui a pu se passer", reconnaît-elle dans cette interview, "je pense à tout et n'importe quoi".

Alors qu'une procédure "alerte-enlèvement" n'a pu être activée en l'absence de témoignage concret, une information judiciaire a été ouverte dès mardi pour "enlèvement et séquestration". Et un appel national à témoins a été lancé jeudi, avec l'ouverture d'un numéro vert 0800 958 081 pour recueillir tout indice susceptible d'aider l'enquête.

Sans exclure les autres pistes, les enquêteurs s'intéressent désormais à l'entourage de la mère et du père de Fiona. Samedi, le quotidien La Montagne, révélait que les enquêteurs étaient sur la piste d'un ancien ami de la mère, un Algérien de 34 ans, contre lequel elle avait porté plainte, en mai 2012, pour "viol et séquestration" et qui aurait menacé d'enlever la fillette si elle portait plainte contre lui. Un mandat d'arrêt international avait été lancé à l'époque contre cet homme, qui pourrait être en Algérie, et qui reste à ce jour introuvable.

Le nouveau compagnon de la mère, père de l'enfant qu'elle porte, a lui aussi été entendu.

A Clermont-Ferrand, Olivier Vidal

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.