Les mois de juillet et août sont particulièrement propices aux expulsions de locataires. Conséquence directe de l’aggravation de la crise du logement en France.

Avis d'expulsion affiché sur la porte d'un locataire
Avis d'expulsion affiché sur la porte d'un locataire © Maxppp / Chibane

Chaque année, pendant les grandes vacances d’été, de plus en plus de locataires, notamment des familles avec enfants, se retrouvent sommés de quitter leur logement.

Selon le porte-parole de l'association Droit au Logement Jean-Baptiste Eyraud c'est pendant les vacances d'été que les expulsions de familles sont les plus fréquentes : "Il y a moins de soutien dans les quartiers, moins de solidarité, et la police expulse plus discrètement : ça se voit moins, ça se sait moins".

Des expulsions qui augmentent chaque année

Selon le Haut Comité pour le Logement des Personnes Défavorisées - une institution qui dépend du gouvernement- , les expulsions sont en nette augmentation depuis plusieurs années. En 2014, les huissiers ont délivré plus de 59.000 "commandements de quitter les lieux" (dont 11 600 avec "usage de la force publique"). A titre de comparaison, en 2013, il y en avait eu 49 000, et 41 000 en 2012.

Les associations spécialisées dans le droit au logement expliquent cette augmentation régulière des expulsions par l'aggravation de la crise du logement qui frappe la France.

►"L’assistante sociale m’a conseillé d’appeler le 115 quand je serais expulsée, tout en me précisant qu’ils ne me prendraient pas en charge avec une famille de cinq enfants" : Alexis Demeyer, pour son reportage, a rencontré Mélodie, habitante de Noisy le Sec en Seine Saint-Denis, menacée d'expulsion avec ses 5 enfants.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.