Pour accompagner la parution du n°2 du magazine Groom, trois équipes de dessinateurs ont travaillé pour raconter Facebook, Twitter et Instagram, dans des modes de lectures adaptés.

Le premier hashtag est apparu sur Twitter en 2007
Le premier hashtag est apparu sur Twitter en 2007 © Mikko/Groomlemag

Des chatons, des buzz, des milliards de dollars, des révélations intimes, des coups de pub, de la politique, l'histoire des réseaux sociaux regorge déjà de mille temps forts. C'est l’histoire des réseaux sociaux, telle que le magazine Groom a choisi de la raconter sur les réseaux sociaux, en s'adaptant à leurs formats.

Ce magazine, qui s'inspire de l'univers Spirou et de son journal en proposant deux fois par an de l'info en BD pour les jeunes, s'est appuyé sur l'agence M&C Saatchi.One pour faire du bruit autour de la publication, en septembre, d'un hors série titré Les Réseaux sociaux, addiction, révolutions, chatons (éditions Dupuis).

On lit sur le fil twitter de Groom le mag, sur son fil Instagram et sur sa page Facebook une histoire des réseaux sociaux depuis leur création, racontée par des dessinateurs. Sur Facebook, c'est un certain Alain Ternet qui raconte l'histoire de Facebook; sur Instagram, c'est Fantasio qui met son grain de sel.

Les symboles "like" apparaissent sur facebook en 2009
Les symboles "like" apparaissent sur facebook en 2009 © Yannick Grossetête - Jorge Bornstein -Groomlemag

Les dessins défilent sans interruption sur le téléphone en position horizontale. On redécouvre que la première publicité sur Instagram est arrivée en 2015, que Facebook a racheté le réseau social dédié à l'image pour 1 milliard de dollars en 2012.

Le jour où Facebook racheta Instagram
Le jour où Facebook racheta Instagram © Priou-Sti- Groomlemag

On se souvient que le Grumpy Cat, qui est une chatte, a été photographiée en 2012 avec son air boudeur, puis partagée et détournée au point que, aujourd'hui, elle a une page Facebook qui compte 8,7 millions de fans.

Grumpy cat devient le chat le plus célèbre du net
Grumpy cat devient le chat le plus célèbre du net © Priou-Sti-Groomlemag

Damien Pérez, le rédacteur en chef de Groom, raconte :

Il a fallu retrouver des dates précises, retrouver des événements marquants. Sur Twitter, qui se souvient du buzz créé par Carambar, qui a annoncé qu’il arrêtait de faire des blagues sur les papiers d’emballages ? Ça a provoqué d’incroyables discussions sur les réseaux, alors que c’était un canular.

Le canular de Carambar en 2013 qui annonce la fin des blagues
Le canular de Carambar en 2013 qui annonce la fin des blagues © Paka -Groomlemag

"Nous avons remarqué que ce qui séduisait les membres de la rédaction de Groom, c'est exactement ce qui plaît aux fans des réseaux sociaux. Il y a une communauté d'intérêts entre nos lecteurs et les fans de réseaux. Le dessin, c'est vrai, est très présent sur les réseaux sociaux d'une manière générale, mais pas la BD en tant que telle, car la narration BD a dû mal pour l'instant à s'installer dans les formats des écrans numériques. Donc, ici, l'intérêt pour nous est quand même de vendre notre magazine papier", poursuit Damien Pérez.

Au-delà de cette histoire en 50 étapes pour chaque réseau, le magazine papier fourmille d'infos sur les réseaux sociaux. Par exemple, un reportage BD sur la brigade qui traque les pédophiles qui récupèrent les images d'enfants, ou bien le réseau social indien qui aide les jeunes filles à connaître le futur marié auquel elles ont été promises.

RETROUVER LA VIE CONNECTEE DU SAMEDI A 19H ||

>> Les meilleures web séries du moment

>> Chatons, buzz et dollars : quand les dessinateurs s'emparent de l'histoire des réseaux sociaux

>> Le patrimoine, ses vieilles pierres, son avenir : virtuel autant que réel

>> Le désastre de l'école numérique

ALLER PLUS LOIN ||

Quand la BD éclaire le monde, par Anne Douhaire

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.