Connaissez-vous la technosphère ? Ce nouveau concept mesure le poids que représente l'impact de l'homme sur la planète.

La technosphère est notamment constituée de millions de déchets non recyclables
La technosphère est notamment constituée de millions de déchets non recyclables © AFP / Denis Charlet

Vous connaissez peut-être la notion "d'anthropocène" : elle désigne la nouvelle période géologique inventée pour dire que désormais l'homme influe sur son milieu au point de le changer de façon irréversible, c'est-à-dire environ depuis le début de l'ère industrielle.

A ce terme, qui fait maintenant l'unanimité dans la communauté scientifique, vient s'ajouter un autre : la "technosphère", concept créé comme l'anthropocène au début du siècle par le géochimiste russe Vladimir Vernadski. Ce mot désigne l'impact physique de l'homme sur la planète. Et il est désormais quantifié : dans un article scientifique publié dans une revue spécialisée anglaise début décembre, des chercheurs du département de géologie de l'université de Leicester établissent que le poids de la technosphère est de 30.000 milliards de tonnes.

Pour survivre, les humains ont désormais besoin de maisons, d'usines, de fermes, de mines, de routes, de voitures, d'aéroports, etc. Tout cela génère des déchets en quantité. Si on additionne toutes ces constructions humaines, on obtient la masse de la technosphère : 30.000 milliards de tonnes, ce qui équivaut à 50kg par mètre carré sur la surface du globe. Et ce sont les zones urbaines qui sont majoritairement responsables de cette technosphère : elles représentent 11.110 milliards de tonnes.

La part des différents modes de vie dans la technosphère (en milliards de tonnes)
La part des différents modes de vie dans la technosphère (en milliards de tonnes) © Radio France / Julien Baldacchino

Une évolution rapide de la technosphère

Autre point marquant : la technosphère a grandi très rapidement. Car alors que la nature sait recycler ses productions, la technosphère en est largement incapable.

Résultat : ces objets par milliards, ces constructions par millions, s'ils sont ensevelis, formeront à l'avenir des technofossiles, une couche géologique que les paléontologues de demain devront étudier et classifier, soulignent les chercheurs.

La technosphère est un marqueur incontestable de l'anthropocène. Aujourd'hui, il existe plus d'un milliard d'objets appartenant à cette sphère : ils sont plus nombreux que le nombre d'espèces vivantes recensées sur Terre ! La technosphère est encore jeune mais évolue à toute vitesse, pour affecter durablement notre planète.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.