C'est une bonne nouvelle qui est arrivée mercredi de l'université de Californie : une équipe de La Jolla Institute for Immunology vient de démontrer une durée de l'immunité sur laquelle on s'interroge depuis le début de l'épidémie.

Des échantillons de tests PCR dans un hôpital, à Mulhouse (photo d'illustration)
Des échantillons de tests PCR dans un hôpital, à Mulhouse (photo d'illustration) © AFP / PATRICK HERTZOG

Est-on réellement protégé après avoir contracté la maladie portée par le coronavirus, et surtout, quelle est la durée de cette immunité ? Ce sont des questions qui se posent depuis le début de l'épidémie. Des chercheurs de l'université de San Diego en Californie ont étudié des échantillons sanguins de 185 anciens malades âgés de 19 à 81 ans. Il en ressort que six mois après, leur organisme avait développé une bonne immunité. 

"Des patients qui ont été infectés il y a plus de six mois ont une réponse immunitaire solide", explique le Pr Arnaud Fontanet, épidémiologiste à l'Institut Pasteur. "Cette réponse ne porte pas simplement sur les anticorps, ce qu'on connaissait, mais également sur les cellules B-mémoire qui sécrètent ces anticorps, et sur d'autres cellules, les cellules T, qui tuent les cellules infectées et qui étaient présentes en nombre conséquent chez ces patients."

Bonne nouvelle en vue du vaccin

De plus, il s'agit de patients qui avaient contracté une forme plutôt mineure de la maladie. On ignorait jusqu'à présent si ceux-là étaient immunisés, alors que ce sont les plus nombreux. C'est aussi une bonne information concernant les vaccins à venir : "Tout cela est plutôt rassurant, à une époque où on réfléchit à des vaccins pour lesquels on s'interroge sur la réponse immunitaire qu'ils pourraient susciter, si l'infection naturelle permet d'être protégé si longtemps, on peut espérer que les vaccins auront aussi une efficacité du même ordre", détaille Arnaud Fontanet. 

L'immunité ne concernera peut-être pas tous les anciens malades, car on a déjà constaté quelques cas de réinfection. Mais pour l'heure, ces cas sont très minoritaires. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.