Les demandes d'asile ont augmenté de 28 % depuis janvier.
Les demandes d'asile ont augmenté de 28 % depuis janvier. © MaxPPP / Jeremias Gonzalez

Le rapport d'activité 2015 de l'Ofpra__ (Office français de protection des réfugiés et apatrides) souligne une augmentation des demandes d'asile entre janvier et mai. Soit 33 167 contre 28 000 sur la même période en 2015. Essentiellement des Syriens, des Soudanais et des Afghans.

Depuis janvier, "on est sur la continuité de l'année 2015, avec une poursuite de la hausse" , a précisé Pascal Brice, directeur général de l'Ofpra. En 2015, 80 075 dossiers ont été reçus soit une progression de 23,6 % dû aux différents conflits. "Une hausse maîtrisée" qui s'élève donc à 18 % avec un taux d'accord qui augmente encore puisque 36,2 % des demandes ont abouté dans les cinq premiers mois 2016 contre 31,5 % l'an dernier.

Les Syriens, de plus en plus nombreux

Sans surprises, les Syriens sont les plus nombreux, près de 3000 depuis janvier. Viennent ensuite les Soudanais, les Kosovars, les Bangladais et les Haïtiens. Le portrait type, un homme d'une trentaine d'années.

Malgré cette augmentation, le responsable de l'Ofpra a déclaré à l'AFP :

Il n'y a à pas de crise de l'asile en France

Même s'il note tout de même que le système reste "sous forte tension", avec les "situations particulières" notamment à Calais, Grande-Synthe et en région parisienne , qui "méritent de continuer à être très réactifs et à adapter le dispositif". A noter que depuis ces sites, 4.238 personnes sont parties en Centres d'accueil et d'orientation. Lors de la crise migratoire cet hiver, on a constaté que la France n'était souvent qu'un passage.

Des chiffres relatifs par rapport à l'Allemagne et la Hongrie

En effet, la hausse est là mais reste relative par rapport à certains voisins européens, comme la Hongrie ou l'Allemagne. La Hongrie a vu explosé le nombre de demandes, + 300 % l'an dernier. Tandis qu'en 2015, d'un million de demandeurs d'asile se sont installé outre-Rhin. Depuis l'accord UE-Turquie visant à limiter considérablement les flux migratoires et la fermeture de la route des Balkans, conclu en mars, ils n'étaient plus que 16 000 pour le mois de mai contre 90 000 en janvier. Une conséquence directe de l'accord UE-Turquie ? Le responsable de l'Ofpra se veut prudent et estime qu'il ne "peut pas donner d'indication" sur les répercussions de cet accord.

Les primo-demandes d'asile par pays en 2015
Les primo-demandes d'asile par pays en 2015 © Visactu / Visactu

Pour revenir à la France, il y a trois ans, seule une demande sur 6 était acceptée. Aujourd'hui, nous sommes à 1 sur 3 et on se rapproche ainsi de la moyenne européenne : 1 sur 2. La France s'est également perfectionnée concernant les délais "d'examen des dossiers" raccourcis : 4 mois avant d'obtenir une réponse. L'Ofpra espère réduire ce délai à 3 mois bientôt.

►►► Pour aller plus loin |

La crise des réfugiés dans l'Union européenne

Les migrants tentent de rejoindre l'Angleterre

Anne Hidalgo annonce la création d’un camp humanitaire de réfugiés au nord de Paris

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.