Des partisans de Daesh
Des partisans de Daesh © Arte/PAC Presse

François Hollande les déjà avait accusés très clairement dans son intervention samedi matin : les djihadistes de l'organisation terroriste ont finalement publié un communiqué pour revendiquer l'attaque menée par "huit frères portant des ceintures d'explosifs".

Ce communiqué, publié en français (en texte et en version sonore), explique que les activistes ont attaqué des cibles "choisies minutieusement à l'avance" au cœur de Paris , "capitale des abominations et de la perversion". Le reste du texte est du même acabit, et alterne références approximatives à Allah, orthographe médiocre, décompte de victimes hasardeux (il évoque "minimum 200 croisés tués") et exaltation des "martyrs".

L'organisation terroriste justifie son geste par l'intervention française en Syrie et les raids aériens contre les djihadistes, mais aussi par "l'insulte au Prophète".

Les terroristes assurent également que la France restera une cible privilégiée tant qu'elle poursuivra cette politique au Moyen-Orient. L'effet obtenu risque toutefois d'être totalement inverse, puisque François Hollande a déjà convoqué le Congrès lundi et devrait décider dans les prochains jours de nouvelles frappes.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.