L'ouragan Maria, réévalué en cyclone de catégorie 5, a balayé les îles de la Martinique et de la Dominique, avant de toucher la Guadeloupe.

Des habitants de Petit-Bourg se préparent au passage de l'ouragan Maria sur la Guadeloupe
Des habitants de Petit-Bourg se préparent au passage de l'ouragan Maria sur la Guadeloupe © Reuters / Andres Martinez Casares

L'ouragan Maria, repassé en catégorie 5 après avoir été rétrogradé en catégorie 4, s'est déplacé dans la nuit de lundi à mardi vers la Guadeloupe après avoir touché la Martinique et la Dominique, une dizaine de jours après le passage ravageur d'Irma à St-Martin et St-Barthélemy.

La Martinique "s'en sort bien"

L'ouragan, rétrogradé mardi matin quelques heures seulement en catégorie 4, s'était déjà renforcé lundi en catégorie 5, devenant "potentiellement catastrophique", selon le Centre national des ouragans (NHC) américain. Il a touché la Martinique, où 33.000 foyers ont été privés d'électricité, selon la préfecture. Selon Christian Massip, prévisionniste à Météo-France, l'oeil du cyclone est toutefois passé à 50 km des côtes du nord de la Martinique et le mur de l'oeil du cyclone, qui concentre des vents très forts, n'a pas touché l'île.

Jean-Claude Ecanville, maire du Carbet, une commune au nord-ouest de l'île :

Nous nous en sortons bien. La population est rassurée, simplement il y a une grosse partie de notre ville qui est sans lumière

Le préfet de Martinique a décidé de maintenir mardi l'arrêt de l'activité économique et la fermeture des écoles. Il a rappelé que la population devait rester confinée, seuls les services chargés de la sécurité étant habilités à se déplacer pour faire l'évaluation des dégâts. Mais du fait de la nuit et de la violence des vents, ce travail d'évaluation serait fait à partir de mardi matin, a précisé le préfet.

L'ouragan Maria est devenu un très puissant ouragan de catégorie 5 dans la nuit de lundi à mardi, déjouant toutes les prévisions des spécialistes
L'ouragan Maria est devenu un très puissant ouragan de catégorie 5 dans la nuit de lundi à mardi, déjouant toutes les prévisions des spécialistes © Visactu / Visactu

Après la Martinique, Maria a ensuite frappé la Dominique avec des vents destructeurs atteignant 260 km/h. Arbres et poteaux électriques renversés, fortes pluies, vents violents et inondations. Dès lundi après-midi, les quelque 73.000 habitants avaient témoigné sur les réseaux sociaux de l'impact de l'ouragan sur cette île anglophone indépendante. Le premier ministre, Roosevelt Skerrit, a annoncé sur Facebook que le vent avait emporté le toit de sa maison : "Le toit est parti. Je suis livré à l'ouragan. L'eau a envahi ma maison."

► LIRE AUSSI | La Dominique anéantie par l'ouragan Maria

La Guadeloupe, prochaine étape de Maria

L'ouragan s'est ensuite orienté vers la Guadeloupe, placée comme la Martinique auparavant en alerte maximale violette, entraînant le confinement des populations.

Le préfet de région a ordonné l'évacuation des zones à risque. Le pic du phénomène en Guadeloupe était attendu ce mardi à 04h du matin (heure locale, 08h à Paris), selon la préfecture qui a insisté : "chacun doit rester à l'abri et ne sortir sous aucun prétexte". Le préfet a là aussi ordonné la fermeture des écoles et des administrations et entreprises.

L'oeil de l'ouragan devrait passer à moins de 50 km du sud de la Basse-Terre et encore plus près des Saintes, qui devraient être les régions les plus exposées, selon Météo France qui prévoit "des conditions de vent beaucoup plus sévères que ce qui était anticipé" avec des vents moyens de 150 km/h et des rafales à 200 km/h.

De son côté en métropole, les artistes se mobilisent pour venir en aide aux populations déjà sinistrées par le passage de l'ouragan Irma la semaine dernière, qui a fait des dégâts considérables, en particuliers sur l'île de Saint-Martin.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.