Une enquête de l'UFC-Que Choisir dénonce une hausse de plus de 4% des tarifs de mutuelles pour l'année 2021. Une augmentation jugée excessive et injustifiée par l'association de défense des consommateurs.

Siège de la Fédération nationale de la mutualité française, Paris XVe
Siège de la Fédération nationale de la mutualité française, Paris XVe © AFP / RICCARDO MILANI / HANS LUCAS

On savait que les complémentaires santé avaient fait des économies avec l'épidémie de Covid, et on pouvait imaginer qu'en conséquence, elles modèreraient leurs augmentations annuelles de tarifs pour 2021. D'après l'UFC-Que Choisir, il n'en est rien : l'association sort même aujourd'hui une enquête qui évalue à 4,3% la hausse, jugée excessive, de l'année à venir.

L'UFC-Que Choisir a ainsi épluché 623 contrats individuels émanant de 123 complémentaires santé : l'augmentation médiane, +4,3 %, dépasse de très loin l'inflation prévue pour cette année. Ce chiffre cache d'ailleurs des grandes disparités : certains organismes augmentent à peine, quand d'autres font flamber leurs tarifs de plus de 8%.

Concrètement, ça représente un surcoût médian de 79 euros pour les ménages, et même un surcoût de plus de 200 euros pour 20% d'entre eux. 

Un surcoût incompréhensible

C'est d'autant plus lourd que les tarifs avaient déjà augmenté 4% en 2019 et de 5% en 2020. Les complémentaires font sans doute payer à leurs clients la mise en place du 'reste à charge zéro', qui leur coûte de l'argent, mais aussi la taxe Covid instaurée l'an dernier. Cette augmentation parait pourtant incompréhensible dans le contexte : les complémentaires ont effet réalisé d'importantes économies l'an dernier, plus de 2 milliards avec la crise sanitaire.

"Ces augmentations nous semblent injustifiées", explique Lauriane Le Menn, chargé de mission santé à l''UFC-Que Choisir, "puisque, selon nos calculs, les mutuelles ont fait 2,2 milliards d'économies en 2020, liées au report des soins : les gens sont moins allés consulter pendant les confinements".

L'UFC rappelle aux usagers qu'ils peuvent résilier leur contrat à tout moment pour aller voir ailleurs, mais encore faudrait-il pouvoir comparer les offres... Ce qui reste assez difficile. L'UFC voudrait d'ailleurs que le gouvernement oblige les complémentaires à rendre leurs contrats plus lisibles.