Quelques jours après la révélation au grand jour de la “Ligue du LOL”, la parole se libère et notamment à l’école de journalisme de Grenoble (Isère) où plusieurs ex-étudiantes ont dénoncé l'existence d’un groupe Facebook privé dans lequel certains de leurs camarades se livrent à des plaisanteries souvent douteuses.

Le bâtiment de l'école de journalisme à Échirolles, tout proche de Grenoble (Isère).
Le bâtiment de l'école de journalisme à Échirolles, tout proche de Grenoble (Isère). © Google Street View

Plusieurs anciennes étudiantes de l’école de journalisme de Grenoble accusent, depuis lundi, certains de leurs camarades de promotion d’avoir créé un groupe Facebook privé pour insulter et se moquer d'autres étudiants. Une affaire révélée quelques jours  après celle de la “Ligue du LOL”, un autre groupe bien distinct à partir duquel plusieurs journalistes parisiens ont insulté, des années durant, leurs collègues féminines. 

C’est sur Twitter que trois de ces ex-étudiantes grenobloises ont expliqué avoir été victimes de messages insultants dans ce groupe, appelé "Ul-team-hate", comme la "haine ultime", en anglais. Certaines disent avoir également subi des insultes "dans la vraie vie". 

"C’était clairement sexiste ou misogyne"

Mathilde, une étudiante, raconte avoir eu droit à des commentaires comme “Elle a toujours la dalle, il faut que ce mec revienne lui mettre un coup”, ou des remarques sur son physique. “90 % de tout ça, je l’ai découvert le soir où il y a eu les révélation de la Ligue du LOL”, dit-elle, lorsque l’une des membres du groupe en a eu assez, a quitté le groupe et en a dévoilé le contenu.

Les publications et les commentaires visaient les camarades de promotion des membres du groupe.
Les publications et les commentaires visaient les camarades de promotion des membres du groupe. / Captures d'écran Facebook

Elle explique aussi qu’elle croise, encore aujourd’hui dans la rédaction dans laquelle elle travaille, au sein du même service, les membres de ce groupe. “C’est un peu compliqué. Et en fait, ce qui est ahurissant, c’est de se dire qu’on est sortis de l’école il y a trois ans. Alors pourquoi encore maintenant ?”  

Les commentaires que l'on peut lire s'en prennent directement à Mathilde.
Les commentaires que l'on peut lire s'en prennent directement à Mathilde. / Captures d'écran Facebook

J’ai envie de parler parce que ça me semble important, mais je suis encore super flippée

Une autre étudiante, qui souhaite rester anonyme, explique avoir subi des remarques sur les réseaux sociaux, en public, mais aussi "en réel, la vraie vie". Des piques sur son apparence (“t’es grosse, t’es moche”), sur ses qualités de journaliste en devenir et sur ses qualités sexuelles. "C’était clairement sexiste ou misogyne" assure-t-elle, expliquant avoir vécu des moments de "déprime" et craignant les réactions des autres en racontant son histoire. 

Certains 'camarades' de promo (mecs ET filles) prenaient plaisir à partager des contenus dégueulasses sur des groupes", a confirmé sur Twitter une autre ancienne élève, Charlotte Heymelot, citée par France Info. "En ciblant de préférence les femmes, élèves comme professeures", poursuit-elle. Des messages"abjects" qui "continuaient encore hier soir, trois ans après notre sortie d'école", a-t-elle expliqué.

“Le but du groupe, c’était de se moquer”

Céline, étudiante jusqu’en 2016 à l’école de Grenoble explique avoir appris l’existence du groupe “il y a un an à peu près” par une de ses collègues de promotion. L’espace, privé, avait pour membres une bonne moitié des trente élèves de sa classe, filles comme garçons. “Nous en avons eu la connaissance sans vraiment l’avoir vu venir. Il a été créé dès l’entrée à l’école, mais on l’a découvert une fois sorties”. Désormais journaliste à Léman Bleu TV à Genève (Suisse), elle explique avoir eu la preuve de publications très récentes, à chaque fois qu’elle et d’autres de ses camarades de classe alimentaient leurs profils Facebook. “Dès qu’on mettait des informations sur nous, c’était directement relayé sur ce groupe et raillé par l’ensemble des membres. Le but du groupe, c’était de se moquer.” 

Dans la mesure où ce n’est pas sorti du groupe, poursuit Mathilde, on ne peut pas dire que j’ai été victime de harcèlement

Toutes les étudiantes contactées par France Inter estiment qu’il n’y a “rien d’illégal” dans ces messages. Mais, argumente Mathilde, une autre étudiante, “ces gens sont des journalistes, dont le métier est d’écouter d’autres gens et penser qu’entre eux, ils sont capables d’une telle méchanceté, ça dit beaucoup de choses”. 

Si l’école avait su, elle “aurait agi”

Contactée par France Inter, l’école de journalisme de Grenoble explique avoir repris contact avec ces anciennes étudiantes. “Je suis sous le choc” réagit Roselyne Ringoot, co-directrice de l’école. “C’est la consternation, la stupéfaction et l’indignation aussi. La première pensée va au soutien de ces anciennes étudiantes. Nous avons mis en place en urgence une réunion avec les étudiants actuels”. L’école de journalisme qui assure n’avoir jamais eu connaissance de l’existence de ce groupe Facebook jusqu'à maintenant. “Sinon nous aurions fait quelque chose, nous aurions agi. Le problème c’est que l’on découvre ça aujourd’hui” regrette Roselyne Ringoot. 

La direction de l’école a réagi dans un communiqué public, diffusé sur les réseaux sociaux. Elle assure vouloir tout faire pour que ce genre de situation ne se reproduise plus. “Il faut en parler, il faut le dénoncer, agir contre ça. Mais il ne faut pas non plus généraliser : ces quelques personnes là ne représentent pas la totalité des étudiants dans les écoles de journalisme”, tempère la directrice.

Un groupe d’amis et des blagues potaches 

Selon les informations recueillies par France Inter, le groupe existe encore aujourd'hui. Les membres actuels du groupe ne souhaitent pas s’exprimer ni se justifier publiquement. Ils déclarent simplement qu’il ne s’agissait que d’un simple groupe dans lequel ils faisaient des blagues potaches entre amis, rappelant ainsi son caractère privé et qu’il ne servait, de fait, en aucun cas à harceler qui que ce soit.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.