vers une revalorisation des bourses étudiantes
vers une revalorisation des bourses étudiantes © reuters

Selon le rapport annuel du principal syndicat étudiant, 33 universités pratiquent une sélection illégale des étudiants et 14 imposent des frais d'inscription illégaux.

L'UNEF pointe du doigt dans son rapport les dérives de certaines universités et appelle le ministre de l'éducation nationale Benoît Hamon à faire respecter la loi.

Séléction illégale, tirage au sort....

L'UNEF dénonçe le fait que des établissements en France instaurent des "capacités d'accueil" pour limiter le nombre d'inscriptions en licence et en master. Sont concernés notamment Paris-5, l'université d'Avignon, Paris-4, Bordeaux-3, ou encore Paris-7. La tendance est particulièrement inquiétante en région parisienne où 13 universités sur 17 pratiquent des " capacités d'accueil" en licence. Ailleurs, vingt-et -une usent de cette pratique pour la rentrée 2014. Le président du syndicat, William Martinet, se dit pret "à déposer des recours devant les tribunaux administratifs, contre les universités ou les rectorats" si rien n'est fait pour mettre fin à ces dérives. Il réclame aussi plus de moyens pour les facultés : 1,6 milliard d'euros d'ici la fin du quinquennat.

Le reportage de Sandy Dauphin

... et frais illégaux

Des étudiants doivent aussi payer en plus pour pouvoir bénéficier de certains cours. L'UNEF cite comme exemple l'Institut d'administration des entreprises (IAE) de Grenoble où les étudiants doivent payer 800 euros supplémentaires en plus des frais d'inscription réglementaires. C'est "le contenu des enseignements" qui est visé alors qu'"il devrait être compris dans les frais d'inscriptions réglementés nationalement" et qu'il relève des "missions de service public", a dit William Martinet.

La formation STAPS menacée

Le syndicat sinquiète enfin sur le devenir de la formations STAPS (Sciences et techniques des activités physiques et sportives). L'Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines annonce "une fermeture de cette filière pour la rentrée 2015".

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.