Des migrants de la corne d'Afrique manifestent à la frontière pour pouvoir passer en France
Des migrants de la corne d'Afrique manifestent à la frontière pour pouvoir passer en France © Radio France / Géraldine Hallot

Les ministres des Affaires étrangères,réunis à Luxembourg ont annoncé une mission navale de lutte contre le trafic des migrants en Méditerranée. Elle commencera par une surveillance accrue des réseaux de passeurs, directement visés pour la première fois.

La cible, officiellement, ce ne sont désormais "pas les migrants, mais ceux qui gagnent de l'argent sur leurs vies et, trop souvent, sur leurs morts ", assure la chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini. "Cette première phase de l'opération commencera à être mise en oeuvre dans les jours à venir, à savoir un recueil d'informations et des patrouilles en haute mer pour aider à la détection de réseaux de passeurs".

L'opération, baptisée EU Navfor Med, sera menée par mille hommes, et dirigée par un amiral italien basé à Rome. Il pourra aussi compter sur un porte-avion équipé d'un hôpital.L'objectif sera de détruire en priorité les "bateaux mères" , ceux que les passeurs utilisent pour tracter en haute-mer les navires de fortune chargés de migrants, avant de les abandonner à leur sort.

La SNCF vers une désobéissance civile ?

Des migrants qui, lorsqu'ils survivent à la traversée, attendent nombreux à la frontière italienne de pouvoir passer en France. Depuis plusieurs semaines, la gare de Menton est devenue une sorte d'annexe de la préfecture. À Nice aussi, la SNCF a mis un terrain à disposition des forces de l'ordre.

En marge de ces dispositifs, les employés de la SNCF voient aussi de plus en plus souvent des policiers mener des contrôles en montant dans les trains. La CGT Cheminots a donc demandé à la direction de ne plus coopérer avec les autorités préfectorales. Le syndicat estime que dans certains cas, désobéir est un devoir.

C'est ce que pense Najim Abdelkader, secrétaire général dans la région de Nice (au micro de Géraldine Hallot)

54 sec

"Il y a un gros malaise de la part des cheminots"

.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.