L'administration de la vitamine D est-elle à l'origine du décès d'un bébé de 10 jours? C'est la question à laquelle doit répondre l'Agence du médicament.

Uvesterol D
Uvesterol D © CC

Un nourrisson de dix jours est mort à son domicile par "arrêt cardio-respiratoire" après avoir reçu une dose d'Uvestérol D contre la carence en vitamine D.

"Des investigations sont en cours pour déterminer les causes exactes du décès et savoir s'il est susceptible d'être imputé à l'Uvestérol D", précise l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) dans un communiqué. Les premières conclusions des investigations seront connues dans les prochains jours, et des mesures seront prises si nécessaire.

Les explications de Danielle Messager

Plusieurs mises en garde

Selon l'Agence, depuis 1990, date de la mise sur le marché de l'Uvestérol D, aucun décès n'a été imputé à l'administration de ce composé. Ce médicament très courant à base de vitamine D est produit par le laboratoire Crinex. Il a été l'objet de plusieurs mises en garde, par le passé, après des malaises de bébés lors de son administration.

Après de premières alertes en 2006, l'ASNM avait réitéré fin 2013 les précautions à prendre lors de la prise de ce médicament, notamment chez le nourrisson et l'enfant jusqu'à 5 ans, afin de prévenir les "fausses routes". Selon l'agence , des malaises et fausses routes ont été signalés chez des nourrissons, en particulier chez des nouveau-nés prématurés et des nourrissons âgés de moins de un mois. Des mesures ont été demandées au laboratoire Crinex, comme des fiches conseils à distribuer aux parents sur la manière d'administrer le médicament.

La revue "Prescrire" déconseille Uvestérol

La revue indépendante Prescrire a attiré l'attention sur le risques liés au mode d'administration de ce médicament à deux reprises. En 2014, elle estimait que l'ANSM et la firme Crinex "ne montraient pas une prise en charge sérieuse du problème".

Selon Bruno Toussaint, rédacteur en chef de la revue Prescrire, "les autorités auraient dû recommander depuis longtemps d'autres marques de vitamine D, nettement plus sûres".

Bruno Toussaint, interrogé par Danielle Messager :

Des malaises, parfois graves, imputables à la prise d’Uvestérol (D ou A, D, E, C) sont connus depuis 1996. Ce médicament est administré dans la bouche du nourrisson au moyen d’une pipette doseuse. Le nourrisson doit têter la pipette en position semi-assise. Il n'y a pas de malaise de ce genre décrit avec les autres spécialités à base de vitamine D non associée (Zyma D ou autre).

Au total, 10 millions d'enfants reçoivent de l'Uvestérol D pour éviter les carences en vitamine D et donc le rachitisme.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.