François Hollande et Angela Merkel vont notamment se recueillir à l'ossuaire du Douaumont
François Hollande et Angela Merkel vont notamment se recueillir à l'ossuaire du Douaumont © Sipa / Vincent Loison

La France commémore ce dimanche avec l'Allemagne le centenaire de la bataille de Verdun. Le président François Hollande et la chancelière Angela Merkel président la cérémonie sur le lieu même de la bataille.

Pendant 300 jours, en 1916, les troupes des deux pays se sont affrontées sous une pluie d'obus, au milieu des gaz de combat. Le président François Hollande et la chancelière Angela Merkel se retrouvent ce dimanche matin sur les lieux mêmes de la bataille. Verdun, c’est la grande bataille de 14-18 où s’affrontent uniquement les Allemands et les Français. Symbole de l’horreur de la Grande Guerre, Verdun est devenu l’emblème de la réconciliation , et même de l’amitié, entre les deux ennemis d’hier.

Un temps de recueillement à l’ossuaire

Toutes les cérémonies du centenaire se déroulent dans un rayon de quelques kilomètres autour de Verdun , avec comme point fort cet après-midi le recueillement du président François Hollande et de la Chancelière Angela Meckel à l’Ossuaire de Douaumont , devenu un lieu de deuil partagé entre les deux pays. C’est là que sont regroupés les restes de 130.000 soldats inconnus, Français et Allemands mêlés.

3.400 élèves de 3e impliqués dans la scénographie

L’Elysée a souhaité placer cette cérémonie non seulement sous le signe de la mort, de la mémoire et de l’histoire, mais aussi sous le signe de la vie, de l’avenir. C’est pourquoi 3.400 jeunes en classe de 3e, dont 1.000 Allemands, vont participer à la scénographie qui a été confiée au cinéaste Volker Schlöndorff , l’homme du Tambour. Le président Hollande a aussi convié les représentants de l’Union Européenne, Martin Schultz et Jean-Claude Juncker, sur les lieux d'une des batailles les plus meurtrières de l'histoire. A la fin des commémorations le président a prévu de parler de l’Europe, de la relance de l’idéal européen, bien mal en point en ce moment.

► ► ► ALLER PLUS LOIN | La forêt de Verdun, mémoire de la Grande Guerre

Verdun, symbole de réconciliation

Huit ans après la mort du dernier poilu, les mémoires françaises et allemandes de la guerre de 14 sont apaisées, l’Histoire est partagée. En 1966, De Gaulle était venu seul à Verdun. Il n’avait pas convié le chancelier Adenauer. Le premier Allemand, c’est Kohl en 1984, invité par Mitterrand. Il y a 32 ans, devant l’ossuaire de Douaumont, Mitterrand et Kohl s’étaient tenus par la main pendant toute la durée de la Marseillaise. Pourquoi Verdun est-il devenu le lieu emblématique de la réconciliation entre la France et l’Allemagne ? Réponse de l’historien Antoine Prost , président du conseil scientifique de la Mission du Centenaire.

C’est parce qu’il avait été le haut lieu de la résistance française et donc le symbole même de l’identité nationale et en même temps le haut lieu de la mort de masse : 143.000 Allemands morts à Verdun, 163.000 Français. Dans l’ossuaire il y a autant de soldats allemands que de soldats français. De toute façon, les os ne portent pas de couleur nationale.

En 300 jours, ici plus de deux millions de soldats se sont affrontés. Aujourd’hui, on ne célèbre plus la défaite de l’Allemagne, mais la paix retrouvée, et l’amitié entre les deux pays.

► ► ► ALLER PLUS LOIN |Commémorations à Verdun, avec les historiens Nicolas Offenstadt et Thomas Maissen

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.