La Cour des comptes publie ce mercredi un rapport mettant en cause la gestion des 875 000 enseignants de France.

Dans les classes, les courtes absences d'enseignants sont rarement remplacées.
Dans les classes, les courtes absences d'enseignants sont rarement remplacées. © AFP / BORIS HORVAT

Un professeur absent, ce n’est pas toujours une urgence, un impondérable. Au collège et lycée, c’est même prévisible dans 20 à 40% des cas. De courtes absences prévisibles car dues au fonctionnement de l’institution qu’il s’agisse de formation, d’examens, ou de décharges.

La Cour des comptes note pourtant que le remplacement de ces enseignants est je cite « un échec » puisqu’il n’y en a pratiquement jamais. La solution, serait d’obliger les professeurs à remplacer leurs collègues absents. Et pour cela, il faudrait renforcer le pouvoir de coercition des chefs d’établissement.

Annualisation du temps de travail

La Cour des comptes n’invente rien et évoque le remplacement ou encore l’annualisation du temps de travail, avec ces propositions qui consistent à ajouter davantage de souplesse.

Elle rappelle qu’elle avait déjà fait cette proposition en 2013 et en 2015. Mais cette fois l’écho pourrait être davantage favorable, puisque plusieurs propositions coïncident avec des mesures que le nouveau Ministre, Jean-Michel Blanquer, a prévu de mettre en place comme celle par exemple de donner davantage d’autonomie aux chefs d’établissement.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.