Le département a lancé un appel à Emmanuel Macron pour obtenir, à titre expérimental, le droit de cultiver et transformer du cannabis à usage thérapeutique, et donc de créer des emplois.

Le cannabis a également des vertus thérapeutique. La Creuse souhaiterait pouvoir en cultiver
Le cannabis a également des vertus thérapeutique. La Creuse souhaiterait pouvoir en cultiver © Maxppp / Le Parisien / Olivier Corsan

Éric Correia, président de la communauté d'agglomération du Grand Guéret et conseiller régional socialiste, souhaite profiter du nouveau "Plan Particulier pour la Creuse" (PPC). Un plan destiné à faire émerger des proposition innovantes pour le développement des territoires ruraux, proposé en octobre dernier par le Président, après le plan social chez GM&S qui a détruit 156 emplois dans le département.  

Éric Correia est élu, mais aussi depuis 20 ans infirmier anesthésiste, formé à la gestion des douleurs chroniques. Dans ce cadre, il a constaté l’efficacité du cannabis thérapeutique, produit sous forme d'huile, de pâte, ou en gouttes. La molécule recherchée pour le soulagement de la douleur n’est évidemment pas le THC, prisé par ceux qui en font un usage "récréatif", mais le le cannabidiol (CBD), qui a des vertus médicinales. Une quarantaine de pays ont déjà autorisé le cannabis thérapeutique dont l'Allemagne, la Suisse ou l'Italie. Mais pas la France.

"Il y a un véritable intérêt médical à cultiver le cannabis et un véritable intérêt économique"

En Creuse, les producteurs de chanvre sont prêts à se lancer dans le projet, explique Éric Correia. Des agriculteurs sont également intéressés car ça leur permettrait de diversifier leurs cultures et d'améliorer leurs revenus. Certains ont d'ailleurs décidé de franchir le pas sans attendre l'autorisation officielle. Ils ont planté du cannabis légal en Europe, car riche en CBD et pauvre en THC. Mais une fois récolté, il ne pourront pas le transformer. Sauf évidemment si Emmanuel Macron l'autorise l'expérimentation.

Le président de la communauté d'agglomération a d'abord déposé sa proposition sur le bureau du préfet de la Creuse, qui a pas donné suite. Fin décembre, il a donc écrit directement à Emmanuel Macron. Le Président n'a pas encore répondu...

Pour se rappeler à son bon souvenir, Éric Correia organise le 22 mai une réunion publique à Guéret pour expliquer son projet de produire et transformer sur place le cannabis thérapeutique et même de mettre sur pied un programme de recherche. L'élu rappelle que le Colorado a crée 18 000 emplois en trois ans (le Colorado à légalisé le cannabis à usage récréatif et médical le 1er janvier 2014).
Les utilisateurs de cannabis thérapeutiques seront à ses cotés.  

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.