Un britannique de 22 ans, chercheur en cybersécurité, a permis de ralentir la propagation du virus WannaCry, qui a affecté les ordinateurs de plus de 150 pays.

Un jeune britannique de 22 ans a réussi à freiner la cyberattaque mondiale qui a frappé près de 150 pays
Un jeune britannique de 22 ans a réussi à freiner la cyberattaque mondiale qui a frappé près de 150 pays © Reuters / Kacper Pempel

Il n'a que 22 ans, il est britannique, et a réussi à sauver la planète informatique d'une cyberattaque mondiale pour moins de dix euros : le prix d'achat d'un nom de domaine.

Ce jeune homme, dont le Daily Mail affirme avoir identifié comme Marcus Hutchins, a l'habitude d'acheter ce genre d'adresse, et le fait régulièrement car ça fait partie de son métier : chercheur en sécurité informatique spécialisé dans les logiciels malveillants. Son nom virtuel est @malwaretechblog, et il ne veut rien dire de sa vie si ce n'est qu'il a arrêté tôt l'école, a appris l'informatique sur le tas et travaille pour la société Kryptos Logic.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

("Réveillé par le coup de fil de quelqu'un me disant que j'étais en une du Daily Mail...o_o")

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Capture écran du site du Daily Mail
Capture écran du site du Daily Mail © Radio France / Daily Mail

Quand il voit passer un nom de domaine au code un peu bizarre, il sort donc le porte-monnaie. Alors que les réseaux spécialisés sont en plein émoi, on craint que cet achat ne fasse repartir de plus belle le virus qui se propage à une vitesse jamais observée auparavant. Finalement, ce réflexe a sauvé la vie de milliers d'ordinateurs, car le nombre d'infections a depuis diminué partout dans le monde.

Un héros pour les médias

Le petit génie est en train de devenir un héros, sollicité depuis ce week-end par tous les médias, ce qui lui permet d'ironiser sur son quart d'heure de gloire : "Je vais bientôt trouver des journalistes jusque dans mon frigo" écrit-il.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

("Si tu trouves que j'ai mis du temps à répondre toute la journée...)

Sa note de blog s'intitule, avec humour : "Comment stopper par accident une cyberattaque mondiale ?":

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Habitué à traquer les cyberattaque dans l'ombre, il se retrouve dans la lumière et prévient : si on ne met pas régulièrement à jour son ordinateur, d'autres attaques toujours plus virulentes interviendront.